Pétain et le débarquement américain en Afrique du Nord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pétain et le débarquement américain en Afrique du Nord

Message par Vainamoinen le Mer 7 Avr - 0:34

La première victoire : 8 novembre 1942 nous permet de comprendre, grâce aux télégrammes connus du résistant Carcassonne-Leduc, les actes de Pétain, afin de démontrer sa loyauté ou non envers les Alliés. D’ailleurs, on peut reconnaître aux auteurs leur volonté d’indiquer que le Maréchal n’avait pas tourné le dos aux Américains, contrairement au mythe de notre époque, mais que celui-ci avait hésité face au débarquement américain en Afrique du Nord. Par ailleurs, dans son livre Pétain, Marc Ferro a tenté de le restituer à partir de plusieurs sources que nous allons aussi mentionner, même si son analyse sera interprété en défaveur de Pétain, et non objectivement.

http://realite-histoire.over-blog.com/article-petain-faisait-il-double-jeu-a-vichy-2--37749432.html
avatar
Vainamoinen

Messages : 51
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 33
Localisation : Sarthe

Voir le profil de l'utilisateur http://realite-histoire.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétain et le débarquement américain en Afrique du Nord

Message par Vainamoinen le Mer 7 Avr - 0:39

Entre le 19 et le 21 octobre 1942, se tint une réunion secrète près de Cherchell entre les officiers américains Murphy et Clark avec quelques français, c'est-à-dire le général Mast qui représentait Giraud, Henri d'Astier de la Vigerie, le futur amiral Bargeot et Lemaigre-Drubreuil qui est à l'origine des négociations. L'objectif était de prévoir le débarquement américain en Afrique du Nord. A l'issu de cette réunion, le général Clark annonça qu'une lettre fut envoyé au général Giraud. Il s'engage à respecter la souveraineté française sur les territoires métropolitains et coloniaux, même si le commandement suprême devait être confié aux américains jusqu'à la libération de l'Afrique du Nord. Il ajoute que les Anglais seront présents, mais qu'il n'y aurait pas de troupes gaullistes (Marc Ferro, Pétain, Hachette, 2009, p. 422-423).
Le 2 novembre 1942, des accords secrets sont signés entre le général Giraud et l’amiral Murphy, appelés tout simplement « Accords Giraud-Murphy », (rappelés par Roger Carcassonne-Leduc et Gérard Linquier dans La première victoire : 8 novembre 1942, Editions Louis Pariente, 2001, p. 155-157). Les Etats-Unis prévoyaient que « Il est bien entendu que la souveraineté française devra être établie, aussitôt que possible, sur tous les territoires, métropolitains et coloniaux, sur lesquels flottait en 1939 le drapeau français. […] le gouvernement des Etats-Unis considère la France comme une alliée et la traitera comme telle. J’ajoute qu’en cas d’opérations militaires en territoire français (soit dans la Métropole, soit dans les Colonies), dans tous les cas où une collaboration française sera trouvée, les autorités américaines n’interviendront en rien dans toutes les affaires qui sont uniquement du sort de l’administration nationale ou qui relève de l’exercice de la souveraineté française. » Cependant, ces accords concerneront uniquement les Etats-Unis et Giraud. Ce dernier était au courant de l’Opération Torch, mais il n’averti personne. Aucune source n’a été trouvé permettant d’en comprendre la raison, mais il ne faut oublier que Pétain était régulièrement victime d’espionnage par les allemands, comme je l’ai indiqué précédemment, en mentionnant brièvement la création de services spéciaux pour lutter contre les infiltrations ennemis. Avertir Pétain aurait pu permettre aux allemands de connaître la volonté américaine de débarquer en Afrique du Nord. Quant à Darlan et Juin, ceux-ci auraient prévenu le Maréchal s’ils étaient tenus au courant de l’information. Les proches de Pétain savaient d'un débarquement allait avoir lieu, mais pas avant l'année 1943. Selon Marc Ferro, ils prévoyaient une intervention américaine en printemps 1943, et réfléchissaient au moyen de négocier. Darlan aurait dit "on avait trois ou quatre mois avant de se retourner." (Marc Ferro, Pétain, Hachette, 2009, p. 425). Mais ils ne connaissaient rien de l'Opération Torch.
avatar
Vainamoinen

Messages : 51
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 33
Localisation : Sarthe

Voir le profil de l'utilisateur http://realite-histoire.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétain et le débarquement américain en Afrique du Nord

Message par Vainamoinen le Sam 10 Avr - 18:22

Le soir du 7 novembre 1942, Muphy informe Juin que les Américains débarqueront dans la nuit avec 500 000 hommes. Darlan rejoint Juin et apprend à son tour l'opération. L’amiral français était paniqué même si Murphy lui assura qu'il n'y aura pas d'attaque contre les troupes françaises. En voici la preuve, ce télégramme envoyé par Darlan à Pétain, le 8 novembre à 2 heures : « Extrême urgence. Amiral Darlan à Maréchal Pétain. Alger 8 novembre 2 heures (GMT). J’ai été mandé à 1 heure par chez le Général Juin et, j’ai trouvé chez lui, M. Murphy qui m’a déclarer que, sur la demande d’un Français, le Général Giraud, le président Roosevelt avait décidé d’occuper l’Afrique du Nord avec des forces importantes ce matin même, que les Etats-Unis n’avaient qu’un but : détruire l’Allemagne et sauver la France, qu’ils désiraient maintenir son intégrité. Je lui ai répondu que la France avait signé une convention d’armistice que je ne pouvais que me conforter aux ordres du Maréchal de défendre nos territoires. » (Roger Carcassonne-Leduc et Gérard Linquier, La première victoire : 8 novembre 1942, Editions Louis Pariente, 2001, p. 220). Cependant, il reçu un message "télégramme de Pétain" lui annonçant un ordre: "Ouvrez le feu" (Marc Ferro, Pétain, Hachette, 2009, p. 427). Par ailleurs, Roosevelt envoya une lettre au Maréchal au milieu de la nuit informant que les Etats-Unis n’avaient pas la volonté d’attaquer l’Afrique du Nord. Pierre Laval et Krug von Nidda écriront la réponse avant le réveil du Maréchal qui n'aura qu'à signer le message. Ce dernier aurait pris l'intervention américaine sans son autorisation comme une agression : "C'est avec stupeur et chagrin que j'ai appris cette nuit l'agression de vos troupes contre l'Afrique du Nord. J'ai lu votre message. Vous invoquez des prétextes que rien ne justifie. Vous attribuez à vos ennemis des intentions qu'ils n'ont jamais manifestées par des actes. J'ai déjà déclaré que nous défendrions notre empire s'il était attaqué ; vous savez que nous le défendrons contre tout agresseur quel qu'il puisse être. Vous savez que je tiendrai parole. Dans notre malheur, j'ai protégé notre empire en demandant l'armistice et c'est vous, agissant au nom d'un pays auquel tant de souvenirs nous attachent, qui avez pris une si cruelle initiative. Il y va de l'honneur de la France. Nous sommes attaqués. Nous nous défendrons. C'est là l'ordre que j'ai donné." (Marc Ferro, Pétain, Hachette, 2009, p. 431).

Entre temps, les Allemands demandent au Maréchal de pouvoir faire intervenir leur aviation basée en Sicile et en Sardaigne. Auphan envoie l’information à l’amiral Moreau, et ce dernier le donne à Darlan : « De l’Amirauté à PM 4e région d’Alger pour Darlan. 8 novembre. 5 heures GMT. OKW [Oberkommando der Wehrmacht] propose concours aviation Axe basée en Sicile Sardaigne. Sous quel forme et en quel lieu désirez-vous ce concours ? Signé Auphan » (Roger Carcassonne-Leduc et Gérard Linquier, La première victoire : 8 novembre 1942, Editions Louis Pariente, 2001, p. 224).
Le général Juin, par l’intermédiaire du général Roubertie, donna l’ordre suivant à 7 heures : « Par ordre du général Juin et du général Koeltz, personne ne doit obéir aux ordres du général Mast. Les troupes d’invasion doivent être combattus avec énergie. Faire connaître à toutes troupes dans vos environs. » Cependant, il préconisa un « contact élastique sans agressivité » (Roger Carcassonne-Leduc et Gérard Linquier, La première victoire : 8 novembre 1942, Editions Louis Pariente, 2001, p. 223).
Ensuite, l’amiral Auphan, ministre de la marine à Vichy, envoie un télégramme à l’amirauté d’Alger démontrant sa vision de l’Opération Torch : « Profitant de notre semi-désarmements et d’intelligences hypocritement concertées avec quelques égarés, les Anglo-Américains viennent d’attaquer, cette nuit, l’Afrique du Nord. » (Roger Carcassonne-Leduc et Gérard Linquier, La première victoire : 8 novembre 1942, Editions Louis Pariente, 2001, p. 223-224). Cela prouve que les pétainistes, sauf Giraud, n’ont pas été tenus au courant du débarquement américain, et donc prenaient cet évènement comme une agression. La France se croyait tout simplement attaquée.
avatar
Vainamoinen

Messages : 51
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 33
Localisation : Sarthe

Voir le profil de l'utilisateur http://realite-histoire.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pétain et le débarquement américain en Afrique du Nord

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum