25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

Message par Troska le Dim 25 Avr - 19:23

Le 25 avril 1945 prenaient fin plus de 22 ans de régime fasciste, né le 22 octobre 1922 dans la terreur des squadre en chemises noires et le sang du mouvement ouvrier et paysan.

Une marée de drapeaux rouges et de drapeaux tricolores des révolutionnaires du 19e siècle (sans l'écusson de la Maison de Savoie) déferlait sur le Nord du pays (le Sud étant conquis par les Alliés depuis plus d'un an).
En juillet 1943, Mussolini avait été destitué et arrêté sur ordre du roi et du Grand Conseil fasciste, suite au débarquement Allié dans le Sud du pays. La monarchie négocie la paix avec les forces américano-britanniques.
Mais le "Duce" est rapidement libéré (en septembre) par un commando allemand et ramené dans le Nord aux mains du Reich, à Salo près du lac de Garde, où il installe une "république sociale" fantoche d'Hitler.

Après la prise de Rome en juin 1944, les Alliés s'arrêteront sur la "ligne gothique" entre Pise sur la Méditerranée et Pesaro sur l'Adriatique. Ils ne la franchiront qu'en avril 1945, dans l'effondrement final du Reich nazi.
Ce qui se déroule au Nord de cette ligne est alors exclusivement une guerre du Peuple italien contre les forces fascistes et nazies.

En réalité, la lutte n'a jamais cessé depuis plus de 25 ans. Ancien agitateur socialiste, Mussolini quitte le parti par nationalisme, et fait campagne dès 1914 pour l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés des alliés français et anglais.
Il apparaît aujourd'hui qu'il a été financé par le Foreign Office de Londres, mais il l'a aussi été, certainement, par la Grande Industrie du pays (principalement du Nord) en quête de débouchés commerciaux et de "champs d'investissement", contre des forces conservatrices et libérales semi-féodales et majoritairement pacifistes.
Après la guerre, estimant le pays "mal gouverné" et lésé par les Alliés dans les traités de paix contre l'Allemagne et l'Autriche, il fonde sont "mouvement" des "Faisceaux italiens de combat", sur un programme nationaliste et "révolutionnaire", un programme républicain petit-bourgeois.

Mais la Révolution d'Octobre 1917 en Russie a fait souffler un vent de terreur sur la bourgeoisie mondiale, et partout les Peuples, la masse des travailleurs opprimés et exploités se lève sous la conduite du prolétariat pour instaurer le socialisme.
En Italie le Parti communiste ne naît qu'en 1921, il est faible et, sous la conduite de Bordiga, il a une ligne gauchiste erronée. Mais le Parti socialiste est puissant et possède un courant pro-bolchevik très fort. On compte également un fort mouvement anarcho-syndicaliste et syndicaliste révolutionnaire. De même, des éléments populaires qui avaient suivi Mussolini au départ, comme les Arditi, commencent à déborder le programme petit-bourgeois du "mouvement".
Durant le biennio rosso ("deux années rouges" 1919-1921) l'Italie est secouée par des mobilisations paysannes, des grèves et des manifestations ouvrières, des occupations de terres et d'usines avec parfois des tentatives d'autogestion. La bourgeoisie préfère prendre les devants, prévenir que guérir...

Mussolini vend alors le mouvement fasciste aux barons de l'industrie et aux grands propriétaires terriens, contre les masses ouvrières et paysannes qui s'organisent sous le soleil rouge de la révolution qui brille depuis la Russie.
Le mouvement des masses populaires est écrasé dans le sang de milliers de mort, malgré la résistance héroïque des formations de défense prolétarienne comme les Arditi del Popolo (voir lien plus haut), qui ont démasqué et se sont dressées contre la mascarade "révolutionnaire" du fascisme, pour une vraie révolution démocratique et populaire.
Mais face à la vague de la révolution mondiale, le vieux régime parlementaire bourgeois est historiquement dépassé, et le pays est ingouvernable. Seuls les fascistes défendent efficacement le pouvoir du Capital. La monarchie confie alors le gouvernement à Mussolini, en octobre 1922. En quelques années, toute opposition non seulement communiste bien sûr (Gramsci), mais également socialiste (Matteoti) et démocratique (les frères Rosselli) est liquidée.

Pendant les 20 années qui suivent, le fascisme poursuivra le projet du Grand Capital italien, de faire de l'Italie une puissance mondiale. Il achève la "pacification" de la Libye (70.000 morts), se lance à la conquête de l'Éthiopie (1935-36 ; 275.000 morts) puis, allié à Hitler, participe à la guerre civile d'Espagne (1936-39), non seulement contre le danger révolutionnaire, mais pour conquérir l'infuence sur ce pays (sous tutelle traditionnelle de la France et de l'Angleterre), envahit l'Albanie (1939) puis la Grèce (1940) et obtient une zone d'influence en France (Alpes et Côte d'Azur) et en Corse après la défaite de Juin 40, ainsi que des parties de la Yougoslavie (1941).
Mais après le tournant de la guerre en 1942-43, l'Italie est envahie par les Alliés (juillet 1943), et la monarchie, les dignitaires fascistes (Badoglio, Ciano...), le Vatican et l'aristocratie du Sud se rallient aux probables futurs vainqueurs (Mussolini est arrêté le 25 juillet, l'armistice signé le 3 septembre).
Tandis que les Allemands récupèrent les zones d'occupation italiennes et occupent l'Italie jusqu'à la hauteur de Naples, le fascisme avec Mussolini (libéré par un commando allemand le 12 septembre) se replie au Nord sous la protection de la Wehrmacht et de la Waffen SS. Il installe alors un véritable régime de terreur et de génocide, qu'affronte une guerre populaire sans équivalent dans toute l'Europe de l'Ouest.
Sous la direction principale du Parti communiste, les forces populaires, démocratiques, progressistes, socialistes ou libertaires (dans la région de Carrare) affrontent la Wehrmacht, les SS et les chemises noires de la république "sociale".
Cette guerre à mort pour la libération du Peuple fera 75.000 martyrs, dont la mémoire guide toujours le Peuple italien plus 65 ans après.
Elle sera une gigantesque mobilisation révolutionnaire de masse (malgré l'existence d'une Résistance monarchiste, conservatrice) qui reste une référence pour toute l'Europe et le monde entier. Des villages, des vallées entières ont été parfois des zones libérées où se met en place le Pouvoir du Peuple.

Au printemps 1945, c'est l'effondrement : alors que l'Allemagne est totalement conquise par les Alliés et la glorieuse Armée Rouge, les Alliés franchissent la Ligne Gothique et atteignent le Pô. Mais avant même leur arrivée, comme ce sera le cas dans de nombreuses régions de France, la plupart des villes auront été libérées par les Partisans, et un début de Pouvoir populaire se met en place.
Le 25 avril 1945, Mussolini quitte l'archevéché de Milan, où il a tenté de négocier une paix "honorable" avec les Alliés par l'intermédiaire de l'Eglise. Tentative inutile : alors que Hitler est terré dans son bunker à Berlin, les forces allemandes du pays ont déjà négocié leur retraite avec les vainqueurs.

Il tente alors de gagner la Suisse ou l'Autriche. Sur le chemin, il rencontre une colonne allemande en retraite (sans doute vers l'Autriche) qui l'emmène avec elle. Mais la colonne est arrêtée à Dongo près du lac de Côme, par une brigade de Partisans. En échange du droit de poursuivre leur route, les Allemands livrent Mussolini.
Le 28 avril, l'ordre du Conseil de Libération Nationale de Rome arrive. Mussolini est exécuté. Son corps est ramené à Milan. La foule essaie de s'en emparer pour le démembrer, les Partisans le suspendent alors par les pieds à une station-essence.
C'est la fin lamentable du chien de guerre sanglant de la bourgeoisie monopoliste et de l'oligarchie terrienne. Deux jours plus tard, son comparse Hitler se suicidera dans son bunker de Berlin.

Malheureusement, le victoire sur le fascisme ne se poursuivra pas en Révolution. Intégré dans le Conseil de Libération, le Parti communiste fera désarmer les Partisans, et se ralliera à la reconstruction du capitalisme italien sous la tutelle alliée. Son rôle de démobilisation des masses terminé, comme son homologue français, il sera éjecté du gouvernement en 1947, et deviendra une "opposition loyale" et un instrument d'accompagnement "social" de la renaissance économique. Le PCI sera même le champion du révisionnisme et de la liquidation idéologique en Europe.
Mais la flamme des Partisans continuera à brûler, éclairant notamment la lutte révolutionnaire des années 70, ou les combats de Gênes (ville médaille d'or de la Résistance) en 2001.
Elle continue de brûler aujourd'hui, pendant que la bande Berlusconi s'enfonce dans une décadence digne des Borgia, et que le fascisme se remet en ordre de marche, annonçant dans la crise terminale du capitalisme le choc final, Socialisme ou Barbarie !

Il popolo è forte, e vincerà !




avatar
Troska

Messages : 791
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

Message par B14 le Dim 25 Avr - 19:51

ils sont tellement été liberé (en violant quasi toutes les femmes) qu'ils sont nostlgiques du duce
ils y aurait moins de merde etatistes s'il y avait moins de merde gauchistes.
Ils se nourrissent mutuellement par la haine.
C'est joli.
avatar
B14

Messages : 1173
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

Message par Itt le Dim 25 Avr - 23:16

Le viol, la calomnie classique de l'extrême droite, vous devriez poser un brevet la dessus ...
avatar
Itt

Messages : 677
Date d'inscription : 12/03/2010
Localisation : Mur des lamentations

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

Message par Baptiste le Dim 25 Avr - 23:20

Le peuple italien où les quelques milliers "d'épurateurs" ? Quand on voit ce que sont devenu les socialistes et communistes italiens...la grosse blague.

_________________
" Jésus a peut-être dit de tendre l'autre joue, mais pas ses fesses ! "

" Les jugements moraux et les condamnations morales constituent la vengeance favorite des esprits bornés à l’encontre de ceux qui le sont moins ; ils y trouvent une sorte de dédommagement pour avoir été mal partagés par la nature ; enfin, c’est pour eux une occasion d’acquérir de l’esprit et de s’affiner : la méchanceté rend intelligent. " Friedrich Nietzsche
avatar
Baptiste
Admin

Messages : 1003
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://forumpolitique.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

Message par B14 le Dim 25 Avr - 23:46

genre le viol ça existe pas, ....
j'ouvre un journal, ya 36 viols par jour, et 90% ,ne doivent jamais être assez important pour finir dans un journal, c'est devenu un fait habituel.

et tikapo a raison, le "peuple" ça fait un peu marrer, memes les revolutions "populaires" n'ont jamais été que le faite d'une minorité, le peuple qui se souleve en masse c'est un mythe, la masse est par nature apathique, en revanche si elle delegue sa force par l'intermediaire d'un instrument (ex: l'etat) là elle devient une force.
avatar
B14

Messages : 1173
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: 25 avril 1945 : le Peuple italien terrasse le fascisme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum