Des frustrations "extrémistes" face aux passions zemmouriennes...

Aller en bas

Des frustrations "extrémistes" face aux passions zemmouriennes...

Message par Baptiste le Ven 30 Avr - 20:05

QUAND ZEMMOUR EST ATTAQUÉ PAR « L’EXTRÊME-DROITE »

Chronique de Julien L. Rochedy

Une chose pareille, on ne peut le voir que chez ceux qu’on appelle communément « l’extrême droite » (une sorte de grosse panière dégueulasse, vendue au rabais, dans laquelle on jette indifféremment le moindre conservateur ou le moindre patriote) : Eric Zemmour, qui porte avec brio des idées réacs’ au sein du monde des médias – alors franchement fermé, imperméable, voire carrément hostile à ce genre de pensées – se voit désormais attaqué par ceux-là même qui sont censés partager ses opinions !

Eh oui, il fleurit sur la toile des critiques on ne peut plus acerbes à l’égard du trublion des matins sur RTL et des samedis soirs chez Ruquier, des reproches assez étonnants, assez inédits parfois, mais tous prompts à jeter la suspicion sur celui qui était encore il y a quelques années le véritable héros des nationalistes, des traditionalistes et des conservateurs de tous poils. Lorsque Zemmour commença à se faire connaitre du grand public dans l’émission « On n’est pas couché », il ne suscita que de l’admiration à son égard : enfin, un représentant d’idées mises au ban par la bonne société bien-pensante pouvait vilipender à loisir les chantres et les séides du politiquement correct, à une heure de grande écoute qui plus est, sur le service public, et que ceux-ci fussent écrivains, politiciens ou chanteurs… Qu’importe ! Voilà qu’ils en prenaient pour leur grade, voilà que le prêt à penser gauchisant était cloué au pilori, voilà que certaines impostures volaient en éclat, voilà que la parole était quelque peu libérée ! Alléluia ! Les réacs se réjouirent (leur rang se grossirent même considérablement grâce à lui) les gauchistes pestèrent, les clivages devenaient clairs, et tout le monde était content.

Mais cette idylle ne pouvait pas durer, évidemment, et la réussite de Zemmour finit par éveiller quelques jalousies, quelques soupçons, quelques reproches plus ou moins fondés. Parmi ceux-ci, l’un, très en vogue dans tout le courant autour d’Alain Soral et des antisionistes, est celui d’une utilité supposée d’Eric Zemmour pour le « système », c’est-à-dire que ce dernier userait de ce réac’ afin de faire accroire à la population que la parole est libre, que les débats existent, sans toutefois que soient abordés des sujets présumés plus dangereux comme Israël ou les juifs. En somme, c’est la raison pour laquelle Eric Zemmour fut préféré par le « système » (c’est quoi ?) à Alain Soral, car n’attaquant que l’Islam, l’immigration et la bien-pensance, sans aller au bout de ses réflexions, au bout de sa logique, qui finissent toujours, pour les antisionistes, à Israël. Les paranoïaques reprochent toujours aux autres de ne pas partager leurs névroses, c’est un classique, et, dernièrement, cette même paranoïa grotesque poussa certains détracteurs antisionistes à imaginer que l’affaire Eric Zemmour dans laquelle il faillit perdre son emploi au Figaro, suite à ses propos sur les trafiquants noirs ou arabes, n’était en vérité que la conséquence – les coups de semonce, en quelque sorte – de ses paroles trop audacieuses à l’encontre de Bernard-Henry Lévy à propos des juifs assimilés et des juifs d’affirmation.

Dans ces critiques, il y a sans doute quelque chose de vrai : il est bien possible qu’il soit plus facile à Eric Zemmour, en tant que juif, de tenir des propos rebelles qu’Alain Soral, mais uniquement pour la simple et bonne raison que cela enlève aux bien-pensants leur meilleur arme, c’est-à-dire la réduction ad hitlerum qu’ils commettent dès qu’un individu a le malheur de remettre en question les postulats progressistes de notre société post-moderne. Mais cela, ce n’est pas de la faute de Zemmour, et ça n’a rien à voir avec un lobby israëlien ou un complot des extra-terrestres.
L’autre grand reproche à l’encontre d’Eric Zemmour, que l’on entend désormais chez les patriotes, est celui de son prétendu opportunisme. Cela doit être encore un résidu d’une vulgate bien française, qui fait que toute réussite est en soi suspecte, qu’elle implique forcement compromissions et volontés perverses. Zemmour réussit, il est invité dans tous les grands médias, on lui offre une large tribune, ses livres se vendent très bien – forcément, ce n’est pas normal ! Mais comme la jalousie ne s’assume jamais comme telle, ceux qui la ressentent la déguise sous des critiques toutes particulières, comme celle qui veut que Zemmour ne professe de telles idées que sous prétexte qu’il aurait une belle part de marché devant lui, et qu’il en bénéficierait, en jouirait de la sorte. Il en faut tout de même des procès d’intention, des pensées mal tournées, pour qu’on puisse douter du profond, du sincère patriotisme de l’auteur de « Mélancolie Française » ! Ah, pour comprendre cela, il faut bien saisir à quel point la frustration est immense chez les réacs depuis des dizaines d’années, il faut appréhender combien ils ont l’habitude d’être montrés du doigt, mis au ban de la société, et souvent même, l’habitude de perdre amis et travail à cause de leurs idées ! Cette dichotomie entre leur échec lamentable depuis des années et la soudaine réussite de Zemmour ne pouvait donc que déboucher sur du ressentiment… ainsi sont les hommes. Mais il semble que cette réussite est moins due à une prétendue compromission de Zemmour, qu’à l’esprit du temps qui change, peu à peu, voyant les derniers chiens de garde de la pensée soixante-huitarde perdre de plus en plus du terrain dans les médias et dans la société, voyant une nouvelle génération (celle qui a voté Sarkozy en 2007) remettre de plus en plus en question les poncifs et les préjugés politiquement correct que l’on nous sert de façon péremptoire depuis plus de vingt ans. Zemmour a eu la chance de surfer sur une vague ? Et alors ? Tant que les acrobaties sont belles !

D’une manière générale, c’est à croire que les patriotes, les traditionalistes – « l’extrême droite », pour être vulgaire – sont tellement habitués à l’échec, à vagabonder dans les rues les plus sombres et les plus reculées du pouvoir et de la bonne tenue, qu’ils prennent peur dès qu’un peu de soleil les éblouit. Zemmour a fait un bien fou aux idées patriotiques et conservatrices, et par là, à la liberté d’expression en France. Comment le lui reprocher ? S’il y en a qui pensent « qu’il ne va pas assez loin », qu’ils le fassent, eux, ma foi ! S’il y en a qui se targuent de leur pureté et de leur honnêteté contre un Zemmour soi-disant compromis, qu’ils viennent nous montrer leurs capacités d’écriture, de rhétorique et de journalisme ! Mais qu’ils laissent tranquille quelqu’un qui a fait, qui fait et qui fera sans aucun doute, du très bon travail, à une échelle qu’aucun réac n’avait atteint jusqu’alors.

_________________
" Jésus a peut-être dit de tendre l'autre joue, mais pas ses fesses ! "

" Les jugements moraux et les condamnations morales constituent la vengeance favorite des esprits bornés à l’encontre de ceux qui le sont moins ; ils y trouvent une sorte de dédommagement pour avoir été mal partagés par la nature ; enfin, c’est pour eux une occasion d’acquérir de l’esprit et de s’affiner : la méchanceté rend intelligent. " Friedrich Nietzsche
avatar
Baptiste
Admin

Messages : 1003
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://forumpolitique.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum