Le prodigieux magot des autoroutes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le prodigieux magot des autoroutes

Message par Baptiste le Mer 21 Juil - 1:38

Le prodigieux magot des autoroutes

Comme tous les ans, les Français râlent aux barrières de péage. Parce que c’est cher, bien sûr. Trop cher. Et puis surtout parce que les automobilistes ne savent jamais réellement s’ils paient le « juste prix »... Et qu’ils n’ont absolument pas les moyens de le savoir. Prenons un exemple au hasard. Pour un Paris-Hossegor, il en coûte 52,30 euros. Dieu merci, en présentant sa carte bancaire, le malheureux automobiliste ignore que, s’il avait préféré cet été l’Hérault aux Landes, il aurait fait des économies. Eh oui ! Il n’en coûte « que » 39,80 euros entre Paris et Sète pour à peine 18 kilomètres d’autoroute de différence. Pourquoi ? Trouver la réponse relève du casse-tête. Ceux qui souhaitent s’y retrouver doivent commencer par lire les pages 243 et 244 du rapport 2008 de la Cour des comptes. Morceau choisi : « Le dispositif tarifaire n’est pas conçu en niveaux mais en variations : en classe 1 [véhicules légers] , la moyenne des évolutions des TKM [tarifs kilométriques moyens] des sections de référence délimitées dans le contrat d’entreprise, pondérée par leur trafic en kilomètres parcourus, doit être égale à la hausse globale annuelle accordée [hausse du tarif kilométrique moyen du réseau] . » Vous n’y comprenez rien ? C’est normal ! Cette formule alambiquée et incompréhensible explique pourtant par quel mécanisme la hausse annuelle des tarifs pratiquée par les sociétés propriétaires des concessions d’autoroutes est encadrée par l’Etat. Mais elle explique aussi... pourquoi cette limite n’est jamais respectée ! « Tout est fait pour dérouter le spécialiste comme le néophyte », soupire le président de la 7e chambre de la Cour des comptes. Et il n’est pas le seul à le dire... L’ancien directeur du développement et de la modernisation de la Sanef, parti en 2008 pour la Caisse des dépôts, le confirme : « Fixer les tarifs, c’est un métier. Dans les sociétés d’autoroutes, des ingénieurs sont payés pour ça. » Leur savoir-faire : multiplier les tarifs en fonction de l’intensité du trafic. Avec cette logique : sur les tronçons les plus fréquentés, l’augmentation des tarifs autorisée par l’Etat est allègrement dépassée. Tandis que le tarif des tronçons déserts reste stable. Le jeu : découper les trajets en autant de tronçons que nécessaire pour permettre d’augmenter les recettes plus vite que les tarifs. Celui qui aurait la patience d’étudier de près les invraisemblables tableaux téléchargeables sur les sites Internet des sociétés concessionnaires constaterait ainsi que le prix des trajets complets augmente beaucoup plus vite que celui des petits trajets. « Au hasard, un Paris-Beaune d’une traite coûte 19,80 euros. Mais si vous vous amusez à sortir et revenir immédiatement sur l’autoroute à Ury puis à Joigny, vous économisez 2,20 euros, soit 12,5 % du trajet » , confie un cadre des Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR), aujourd’hui à la retraite. Pas mal. Mais loin du « modèle » Cofiroute, seule société qui ait toujours été privée. Pour cette filiale du géant du BTP Vinci, un Paris-Le Mans d’une seule traite coûte 20 % de plus que le même trajet tronçonné en trois. Cette pratique a un nom, le « foisonnement » et, quoiqu’elle paraisse scandaleuse, elle est parfaitement légale.

Privatisation surprise

Elle est aussi indolore : pour le riverain de l’autoroute, usager régulier sur les petits trajets, les prix restent modérés. Du coup, le député et les maires du coin s’en accommodent. Le pigeon reste celui qui effectue un aller-retour annuel et ne s’aperçoit de rien. A la Sanef, on assume : « L’autorité concédante fixe une règle d’évolution annuelle des tarifs que doivent acquitter les usagers, mais non les recettes du concessionnaire », écrit la société en réponse à la Cour des comptes en 2008. Une véritable faille, selon Christian Descheemaeker, président de la 7e chambre de la cour et auteur du rapport. Une aubaine pour l’ancien cadre de la Sanef : « Quand l’Etat autorise 2 % de hausse des tarifs, le chiffre d’affaires de la société augmente du double. »

Pourquoi se scandaliser ? Cette pratique ne date pas de la privatisation, rappelle-t-il. Elle a été inventée par l’actionnaire majoritaire d’hier : l’Etat lui-même ! Les fonctionnaires de la Direction des routes, service public chevillé à l’âme, avaient la satisfaction de savoir que ces recettes allaient alimenter le budget de l’Equipement et servir à construire des kilomètres de bitume. C’est bien pour cela que Gilles de Robien, ministre des Transports entre 2002 et 2005, s’est opposé tant qu’il l’a pu à la privatisation. Las ! En 2006, à la surprise générale, et au grand dam des hommes de l’Equipement, Dominique de Villepin décide de vendre les parts de l’Etat. Les concessions passent intégralement au privé au moment même où la plus grande part du réseau est amortie et où les bénéfices commencent à entrer dans les caisses. A l’époque, François Bayrou crie au scandale et portera l’affaire jusqu’au Conseil d’Etat. En vain : l’opération rapporte 14,8 milliards à l’Etat, qui a préféré une grosse entrée d’argent immédiate plutôt que des gains futurs et réguliers. Pourquoi pas ? estiment certains spécialistes. Mais encore faut-il être sûr d’avoir vendu au bon prix. Le doute est permis lorsqu’on sait que Vinci a pu acquérir Autoroutes du sud de la France (ASF), dont il détenait déjà 23 %, sans autre enchérisseur.

Surtout, pour la Cour des comptes, l’Etat aurait dû, préalablement à la vente au privé, remettre à plat les règles de tarification. En livrant à des actionnaires privés un tel maquis réglementaire, il a confié au loup la garde de la bergerie. Pour l’ancien d’APRR, les recettes se sont envolées après la privatisation : « Avant 2006, pour 2 % de hausse autorisée, nous parvenions à un bonus de 0,5 %. On est passé à 1 %. » Entre-temps pourtant, la Cour des comptes avait rendu public son brûlot, et l’Etat, dans sa réponse, expliquait vouloir mettre fin aux abus et s’engageait à récupérer le trop-perçu auprès des sociétés nouvellement privatisées. « Le rattrapage devait s’étaler sur deux ans, se souvient notre témoin. En 2007, APRR a joué le jeu. Mais, en 2008, la Direction des routes avait disparu, noyée dans une Direction générale des infrastructures des transports et de la mer au sein du ministère du Développement durable. L’ancien directeur a été promu et la nouvelle équipe a "oublié" de réclamer son dû ! » Cette réorganisation du ministère semble avoir été une excellente nouvelle pour les sociétés concessionnaires. « Nous n’avons plus d’interlocuteur », confirme Laurent Hecquet, délégué général de l’association 40 Millions d’automobilistes, qui tente de faire valoir le point de vue des usagers. A la nouvelle Direction des infrastructures, Marc Papinutti affirme que tous les problèmes soulevés par le rapport de la Cour des comptes sont en passe d’être réglés. « Nous avons vérifié les augmentations trajet par trajet : c’est la fin du foisonnement. »

Monopole de fait

Pourtant, les économistes spécialistes des transports sont unanimes : le ministère a bien du mal à faire valoir les intérêts du service public auprès des sociétés privées. On murmure même que les compétences ont fui les services. Beaucoup des anciens ingénieurs des Ponts qui ont fait leur carrière au ministère des Transports ont rejoint les états-majors des sociétés concessionnaires (voir encadré) . Preuve que l’esprit du service public perdure ? Ou qu’au contraire la connivence est de règle, au profit non de l’aménagement du territoire, mais des dividendes des actionnaires ?

Lors de la privatisation, l’Etat semble bien avoir oublié l’usager. Or celui-ci se trouve face à un monopole de fait. Théoriquement, l’automobiliste peut toujours prendre la nationale, à ses risques et périls. Les camions, notamment, ne s’en privent pas, mais plus pour longtemps, Europe oblige. En effet, après avoir limité les ristournes que les sociétés d’autoroutes pouvaient concéder aux transporteurs, les règlements européens s’apprêtent à obliger la France à taxer les poids lourds quelle que soit la route qu’ils empruntent. La taxe poids lourds est écologiquement correcte. Elle est aussi un fantastique cadeau aux sociétés concessionnaires : s’il n’y a plus rien à gagner sur la nationale, les clients qui leur échappaient encore vont revenir en masse sur l’autoroute. En 2008 déjà, entre la baisse des ristournes et l’augmentation des péages, le coût global de l’autoroute a augmenté de plus de 25 % pour les professionnels, estimait la Fédération des entreprises de transport et logistique. Sans que jamais, bien sûr, il soit question d’une quelconque baisse du tarif pour les voitures !

Résignés, les usagers ne rêvent plus de voir diminuer le prix des péages. Reste au moins à s’assurer qu’ils continuent à en avoir pour leur argent. Or, selon les professionnels, la privatisation a permis aux sociétés de maximiser les profits par la hausse des recettes, mais aussi par un resserrement des dépenses : « A la Sanef, j’ai vu baisser le budget d’entretien de manière significative », reconnaît un ancien cadre dirigeant qui a accepté de témoigner. Chez APRR, propriété d’Eiffage, les sources d’économies sont différentes : « Le bitume, c’est eux qui le vendent, alors il n’y a pas à s’en faire. Par contre, le nombre de patrouilles sur les autoroutes a diminué de moitié », confie le cadre d’APRR. Dans l’un et l’autre cas, c’est la sécurité qui pourrait faire les frais de la privatisation.

LA MANNE DE LA PRIVATISATION POUR L'ÉTAT : 14,8 MILLIARDS D'EUROS
Sanef
4 milliards d'euros
APRR
4,8 milliards d'euros
ASF
6 milliards d'euros

DES CABINETS... AUX AUTOROUTES

Ils sortent des mêmes écoles (Polytechnique ou l'Ena) et pantouflent dans les grandes sociétés d'autoroutes après avoir fait leurs armes dans les cabinets ministériels. Parmi eux, Pierre Anjolras (X-Ponts), 43 ans, dirige ASF. Il a commencé sa carrière à la DDE de Loire-Atlantique, l'a poursuivie à la Commission européenne, avant de rejoindre Vinci en 2000. Mêmes trajectoires au groupe Sanef, dont le conseil d'administration est présidé par Pierre Chassigneux , un énarque, préfet hors classe, qui fut directeur de cabinet de François Mitterand de 1992 à 1995 avant d'être recasé à la tête du conseil d'administration d'ADP en 2001, puis de la Sanef en 2003. A la direction des deux réseaux concédés (SAPN et Sanef), on trouve François Gauthey (X-Ponts), successivement au cabinet d'Edmond Alphandéry au ministère de l'Economie, du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, enfin de François Goulard, au ministère des Transports, puis de la Recherche. Pour soigner ses relations avec les politiques, Eiffage a préféré une autre stratégie : son conseil d'administration fait la part belle aux élus des territoires traversés par son réseau : Gérard Bailly, sénateur UMP du Jura, Louis de Broissia, président UMP du conseil général de la Côte-d'Or, ou encore Arnaud Montebourg, président PS du conseil général de Saône-et-Loire

Source : Le Point

_________________
" Jésus a peut-être dit de tendre l'autre joue, mais pas ses fesses ! "

" Les jugements moraux et les condamnations morales constituent la vengeance favorite des esprits bornés à l’encontre de ceux qui le sont moins ; ils y trouvent une sorte de dédommagement pour avoir été mal partagés par la nature ; enfin, c’est pour eux une occasion d’acquérir de l’esprit et de s’affiner : la méchanceté rend intelligent. " Friedrich Nietzsche
avatar
Baptiste
Admin

Messages : 1003
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://forumpolitique.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prodigieux magot des autoroutes

Message par Itt le Mer 21 Juil - 18:25

En bretagne, pas de problème d'autoroute Smile
avatar
Itt

Messages : 677
Date d'inscription : 12/03/2010
Localisation : Mur des lamentations

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prodigieux magot des autoroutes

Message par B14 le Mer 21 Juil - 18:55

ouaip, c'est un racket typiquement français.
ceci dit l'axe triskell en projet, c'est pas une autoroute ? (aucun risque, ils ont toujours pas fini les routes dont les tracés datent du debut 19e)
avatar
B14

Messages : 1173
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prodigieux magot des autoroutes

Message par Itt le Mer 21 Juil - 20:27

Bah y' avait eu un truc signer entre la france et anne de bretagne comme quoi nos routes ne seraient jamais payante il me semble non ?
avatar
Itt

Messages : 677
Date d'inscription : 12/03/2010
Localisation : Mur des lamentations

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prodigieux magot des autoroutes

Message par B14 le Mer 21 Juil - 20:46

si les français avaient tenu parole sur ne serait ce qu'un dixième
mais la republique n'as reconnu aucun des traités.
avatar
B14

Messages : 1173
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prodigieux magot des autoroutes

Message par Baptiste le Mer 21 Juil - 22:59

Sachant que les autoroutes ne sont plus des affaires de la France puisque privatisées, merci de tenir pour responsable la mondialisation.

_________________
" Jésus a peut-être dit de tendre l'autre joue, mais pas ses fesses ! "

" Les jugements moraux et les condamnations morales constituent la vengeance favorite des esprits bornés à l’encontre de ceux qui le sont moins ; ils y trouvent une sorte de dédommagement pour avoir été mal partagés par la nature ; enfin, c’est pour eux une occasion d’acquérir de l’esprit et de s’affiner : la méchanceté rend intelligent. " Friedrich Nietzsche
avatar
Baptiste
Admin

Messages : 1003
Date d'inscription : 23/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur http://forumpolitique.forum-actif.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prodigieux magot des autoroutes

Message par Doktor Zee le Mer 21 Juil - 23:32

La technique : quand il y a du monde aux péages, passez derrière une voiture qui se dirige vers une borne de télépéage (donc non surveillée par une cabine) et passez en même temps qu'elle. Les caméras n'y verront que du feu car elles croiront que vous avez le badge...

Le tout c'est de bien coller au cul la voiture "cible".
avatar
Doktor Zee

Messages : 26
Date d'inscription : 05/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le prodigieux magot des autoroutes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum