Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Message par Troska le Lun 15 Mar - 20:00

Il a pas tord B', travail vient bien du latin qui veux dire torture il me semble .. c'pas pour rien ^^
Sinon NB, lis l'abolition du travail, il est consultable sur le net, en PDF ou sur Wikisource =)

" "Ce que je désire réellement, c'est de voir le jeu se substituer au travail. Un premier pas dans cette voie serait de renoncer aux notions de "job" et de "métier". Même les activités qui recèlent quelque contenu ludique finissent par le perdre en étant réduites à des besognes que des gens formés à ces tâches, et seulement ces gens-là, sont contraints d'exercer à l'exclusion de toute autre activité. N'est-il pas étrange que des travailleurs agricoles peinent dans les champs pendant que leurs maîtres à air conditionnés rentrent chez eux chaque week-end pour se livrer aux joies du jardinage ? Dans un système régi par la fête permanente, nous assiterons à l'âge d'or du dilettantisme, à côté duquel la Renaissance aura l'air minable. Il n'y aura plus de métiers, seulement des choses à faire et des gens pour les faire.

Le secret de la transformation du travail en jeu, comme l'a si bien senti Charles Fourier, consiste à ordonner les activités utiles de manière à tirer avantage de la variété des goûts, afin qu'une variété d'êtres vivants trouvent un réel plaisir à s'y adonner à des moments choisis. Pour que ces individus se sentent pleinement attirés par les activités qu'ils trouvent agréables ou intéressantes, il suffit d'éradiquer les absurdités et les déformations dont souffrent les tâches productives lorsqu'elles sont réduites à n'être que du travail. Il ne me déplairait pas, par exemple, de donner quelques cours (pas trop), mais je ne veux pas d'élèves contraints et forcés, et je me refuse à faire de la lèche à de grotesques pédants pour obtenir un poste. "

L'en dehors
Texte court et simple à comprendre.

même si le parasitisme est une option !
Tu penses comme un bourgeois là c'est le problème.
Tu pars du principe que certains ne veulent pas bosser, tout simplement parce que aucun métier ne leur convient ou ne les épanouit. certains sont bon à scier des planches, d'autres à ramasser des pommes, je sais pas .. !
Partir du principe qu'il y a des fainénants qui ne veulent rien faire, surtout si on change l'optique du travail .. voilà quoi.
avatar
Troska

Messages : 791
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Message par B14 le Lun 15 Mar - 20:05

Il existe bien des faineants, mais ils sont le produit de cette société materialiste, si dès l'enfance on les met au travail, a l'activité non alienante, il n'y aura pas de probleme ...
avatar
B14

Messages : 1173
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Message par Troska le Lun 15 Mar - 20:06

Oui, bah si tu lis mon truc sur la révolution ludique, c'est à peu près ça ..
En gros travailler, s'apparenterait plus à une distraction, voir pour certain à un jeu que à une corvée obligatoire ..
avatar
Troska

Messages : 791
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Message par NB-Helvetia le Lun 15 Mar - 20:17

Tu penses comme un bourgeois là c'est le problème.
Tu pars du principe que certains ne veulent pas bosser, tout simplement parce que aucun métier ne leur convient ou ne les épanouit. certains sont bon à scier des planches, d'autres à ramasser des pommes, je sais pas .. !
Partir du principe qu'il y a des fainénants qui ne veulent rien faire, surtout si on change l'optique du travail .. voilà quoi
Faux, c'est surtout un fait le parasitisme. Je ne vois pas ce qu'il y a de bourgeois quand on constate que certains profitent sournoisement de l'effort des autres. Puis si ça existe aujourd'hui pourquoi pas demain même en changeant l'optique du travail ?

"Ce que je désire réellement, c'est de voir le jeu se substituer au travail. Un premier pas dans cette voie serait de renoncer aux notions de "job" et de "métier". Même les activités qui recèlent quelque contenu ludique finissent par le perdre en étant réduites à des besognes que des gens formés à ces tâches, et seulement ces gens-là, sont contraints d'exercer à l'exclusion de toute autre activité. N'est-il pas étrange que des travailleurs agricoles peinent dans les champs pendant que leurs maîtres à air conditionnés rentrent chez eux chaque week-end pour se livrer aux joies du jardinage ? Dans un système régi par la fête permanente, nous assiterons à l'âge d'or du dilettantisme, à côté duquel la Renaissance aura l'air minable. Il n'y aura plus de métiers, seulement des choses à faire et des gens pour les faire.

Le secret de la transformation du travail en jeu, comme l'a si bien senti Charles Fourier, consiste à ordonner les activités utiles de manière à tirer avantage de la variété des goûts, afin qu'une variété d'êtres vivants trouvent un réel plaisir à s'y adonner à des moments choisis. Pour que ces individus se sentent pleinement attirés par les activités qu'ils trouvent agréables ou intéressantes, il suffit d'éradiquer les absurdités et les déformations dont souffrent les tâches productives lorsqu'elles sont réduites à n'être que du travail. Il ne me déplairait pas, par exemple, de donner quelques cours (pas trop), mais je ne veux pas d'élèves contraints et forcés, et je me refuse à faire de la lèche à de grotesques pédants pour obtenir un poste.
Donc c'est plus personne à l'usine tout le monde à la fête ? qui fera les chaussures ? qui fabriquera les trains ? qui se chargera de l'entretien des barrages hydrauliques ? qui construira les routes ? Presque plus personne vu que les individus s'abatteront sur les choses les plus plaisantes, la vie est aussi faite de devoirs et pas que de plaisirs ! Une vision pareille donnerait "moi je jardine et danse pendant que tu me fournis le pain et le confort". Neutral
avatar
NB-Helvetia

Messages : 619
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 25
Localisation : Une ville du Jura bernois en Suisse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Message par Troska le Lun 15 Mar - 20:34

Parce que chacun aura la possibilité de se prendre en main et de mener sa vie, sans Etat et sans oppression autre que la sienne et des autres ! Vivez votre vie, jouissez sans entraves tiens !
Chacun travaillera de sa modeste façon, c'est à dire, un fera des chaussures, l'autre cuillera des fruits, un autre coupera du bois, un autre fera ophtalmo etc etc .. mais il le fera par amour du métier et pas seulement pour la paye de fin du mois !

Tu dénaturises complètement la révolution ludique. Tu as pris la peine de lire l'article au complet et de consulter le livre, comme je te l'ai recommandé ? Non, tu ne le fera pas , tu préfères t'attaquer à des points, au lieu de t'attaquer à tout. Plus facile dans ce cas, salaud de Libertaire avec vos bonnes idées, vous faites de l'ombre à nous les NB ! \o/
Et il n'est pas mis en avant le fait de la rotation des taches et surtout des taches ingrates : rotation des métiers, chacun se coltine le ramassage d'ordure ou le boulot chiant de l'usine, c'est comme ça, comme ça pas de jaloux, on subit la peine des autres et on fait un effort individuel et collectif !
Oui, je ne dis pas que c'est plaisant de faire des chaussures, ou de taper sur une enclume, mais faut le faire .. Wink
avatar
Troska

Messages : 791
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Message par NB-Helvetia le Lun 15 Mar - 20:38

Et il n'est pas mis en avant le fait de la rotation des taches et surtout des taches ingrates : rotation des métiers, chacun se coltine le ramassage d'ordure ou le boulot chiant de l'usine, c'est comme ça, comme ça pas de jaloux, on subit la peine des autres et on fait un effort individuel et collectif !
Oui, je ne dis pas que c'est plaisant de faire des chaussures, ou de taper sur une enclume, mais faut le faire ..
Dans ce cas on est d'accord.
Je pense que la simple suppression du salariat pourrait déjà beaucoup changer

Plus facile dans ce cas, salaud de Libertaire avec vos bonnes idées, vous faites de l'ombre à nous les NB !
Laughing roh ça va hein je vais le lire en entier !
avatar
NB-Helvetia

Messages : 619
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 25
Localisation : Une ville du Jura bernois en Suisse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Message par Troska le Lun 15 Mar - 20:39

C'est de l'humour NB hein ! xD
avatar
Troska

Messages : 791
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Message par B14 le Lun 15 Mar - 21:56

C'est vrai qu'il y aura toujours du parasitisme, mais à la limite c'est pas grave tant que ça reste dans la communauté.
Et puis je l'ai deja dit, dans une société materialiste, eduquée au travail positif des la petite enfance, on aura pls de faineants, ce sera uniquement du parasitage par opportunisme, donc quelque part, tant pis pour les niais.

Et on a pas dit plu personne a l'usine, mais 2 fois moins de presence. Et puis pour quoi faire ? Deja actuellement en 2010, quasiment tout est fait par des machines ou a l'etranger, ....
Tu est limite capitaliste là dessus NB. Pourquoi travailler plus que necessaire si on est plus exploité et si le travail est fait par d'autres ?

qui fera les chaussures ? qui fabriquera les trains ? qui se chargera de l'entretien des barrages hydrauliques ? qui construira les routes ?
Je te l'ai dit au dessus, on continuera d'en faire, mais :
1. On aura pas ces besoins materialistes, de moins en moins progressivement jusqu'à plus du tout.
2. on continue de travailler, juste un peu moins
3. Entre les machines et les esclaves (prisonniers ou etrangers capturés) on aura quasiment plus rien a faire.

Et puis tu exagere, le progres n'est pas une fin en soi, c'est une vision marxo-monotheiste. Il est plus malin d'apprendre à se debarrasser de ces besoins futiles qu'on nous impose comme chaines.
Si on va a la simplicité, on aura enormement moins de besoins alienant.

Puisqe on te dit que on subsistera a nos besoin, pourquoi tu veux bosser ? S'il n'y a plus a enrichir les parasites ?

Tiens medite là dessus : "Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée , quand le dernier poisson aura été péché, alors on saura que l’argent ne se mange pas." Geronimo.
avatar
B14

Messages : 1173
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Message par Itt le Lun 15 Mar - 22:24

Pour une fois j' suis d'accord avec B14. Sauf avec le passage sur les esclaves !

Franchement, je suis plus motivé a travailler pour aider un pote à faire quelque chose ou pour sortir quelqu'un d'une galère contre une bon repas et une ptite bière que de bosser pour le superflu d'un bourgeois contre du fric !
avatar
Itt

Messages : 677
Date d'inscription : 12/03/2010
Localisation : Mur des lamentations

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Message par NB-Helvetia le Lun 15 Mar - 22:25

Pourquoi travailler plus que necessaire si on est plus exploité et si le travail est fait par d'autres ?





Une question de valeurs et de prestige et pourquoi le travail serait fait par d'autres hein ? puis ça me traite de capitaliste !

Tiens medite là dessus : "Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée , quand le dernier poisson aura été péché, alors on saura que l’argent ne se mange pas." Geronimo.
Je ne vois pas le rapport. Il faudrait que tu m'expliques.

on aura quasiment plus rien a faire.
Il y aura toujours à faire, détrompe toi.
avatar
NB-Helvetia

Messages : 619
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 25
Localisation : Une ville du Jura bernois en Suisse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Du travail et du professionnel : peut-on vivre sans ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum