on nous impose l'islamisation

Aller en bas

on nous impose l'islamisation

Message par B14 le Dim 21 Mar - 19:38

http://hikoum.wordpress.com/2010/03/20/nous-mangeons-hallal-a-nos-depends/
Nous mangeons Hallal à nos dépends
Que l’on soit musulman ou non, nous mangeons de la viande Hallal sans même le savoir. Une partie non négligeable des animaux qui sont abattus de manière rituelle finissent dans le réseau de distribution classique, sans marquage spécifique. On retrouve cette viande dans les boucheries et les supermarchés, bref partout où nous faisons nos courses.

L’œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs (OABA), une association qui vérifie que les animaux ne souffrent pas avant de finir dans nos assiettes constate que sur trois animaux abattus rituellement, c’est-à-dire sans étourdissement préalable, presque deux seront en fait consommés par l’ensemble des consommateurs, toutes confessions confondues. Selon cette association, 28% des bovins, 43% des veaux et 62% des ovins et caprins ont été occis selon un rite religieux en France en 2008. Des proportions bien supérieures aux consommations des juifs et musulmans, preuve que ces produits sont réinjectés dans les étals classiques de la grande distribution.

Dès 2005, le comité permanent de coordination des inspections (COPERCI), qui regroupe l’inspection générale de l’administration, l’inspection générale de l’agriculture et le conseil général vétérinaire, soulignait la « part non négligeable » des animaux égorgés selon le rite musulman ou juif « vendue dans le circuit classique sans mention particulière ». Le rapport ne fut jamais rendu public car le sujet est beaucoup trop sensible. Les producteurs de viande comme les industriels craignent « de voir les clients se détourner d’une viande abattue rituellement ».

Les musulmans n’apprécient pas tous les morceaux de bœuf ou d’agneau. Pour des raisons culturelles et économiques, ils préfèrent les abats et les pièces à bouillir. Le résultat direct est que pour obtenir la quantité des morceaux Hallal désirée pour ce marché spécifique, bien plus de bêtes sont tuées que celles qui sont consommées par des musulmans. « Les filets et les entrecôtes, qui sont chers, sont vendus dans le circuit classique », reconnaissent les professionnels.

Les députés européens insistent pour que les produits soient étiquetés, afin que les consommateurs sachent ce qu’ils achètent. En effet, certains ne souhaitent pas manger un animal tué rituellement et craignent de financer à leur insu les cultes. Pour la viande casher, la confusion n’est pas possible, puisque la taxe religieuse est versée en bout de chaîne, par le consommateur qui achète les produits une fois labellisés. Dans le cas du Hallal, les abattoirs rémunèrent des sacrificateurs musulmans, agréés auprès de l’une des trois mosquées ayant reçu l’accréditation (voir mon article). Ceux-ci ne reversent aucun pourcentage à ces structures, mais acquittent une cotisation pour leur carte professionnelle. Le fait de soutenir ce culte d’un point de vue financier est donc inverse, mais elle existe tout de même. Le client et consommateur de viande ayant alors rémunéré le sacrificateur, par son achat de viande Hallal, ce dernier payant la mosquée pour conserver sa fonction de sacrificateur.

Pour une question de simplicité il a été décidé dans certaines écoles de ne plus servir du tout de porc aux élèves, une minorité d’entre eux n’en voulant pas pour des raisons religieuses. La majorité n’ayant alors d’autres choix que de s’adapter. Il en est de même avec la viande consacrée, l’abattage sans étourdissement préalable est généralisé dans certains abattoirs. Car il ouvre plus de marchés : celui des religieux, que ce soit casher ou Hallal, et celui « classique » où cette viande est écoulée sans étiquette particulière, « sans parfois même que les détaillants soient informés », nous confirme l’OABA.

Les restaurants confessionnels fleurissent, et notamment les fast-foods Hallal. Le chiffre d’affaires du secteur de l’alimentation Hallal est évalué à 5,5 milliards d’euros en 2010, dont 1 milliard pour la restauration rapide, sachant que 5 millions de musulmans environ vivent en France. Et cela va bien au-delà des sandwicheries spécialisées, des kebabs, ou de certaines chaînes de restauration rapide car l’essor de l’alimentation Hallal se poursuit. Près de 60% des « personnes d’origine musulmane », pratiquantes ou non, achètent systématiquement de la viande Hallal, selon une enquête Ifop révélée par Le Figaro en janvier dernier. La progression du marché est essentiellement soutenue par la première génération des immigrés, avec un rapport étroit à la religion. Mais, à l’instar de Quick, une nouvelle offre se développe à destination des générations suivantes qui ont la culture de la grande surface, celle du fast-food. Les adolescents se montrent souvent friands de Hallal, dans un « bricolage identitaire ».

Ces affaires d’Islamisme conquérant dans notre pays donneraient, au plus laïc d’entre nous, l’envie de prendre ses jambes à son cou. Rendez-vous compte, les horaires aménagés dans les Piscines, plus de porc dans les cantines, certains restaurant où l’ou n’a plus le choix QUE de manger Hallal, pour un soucis pratique des viandes qui nous sont vendues alors qu’elles sont Hallal. Dans le même temps, la soupe « Identitaire » interdite parce qu’elle comporte du cochon ce qui pourrait choquer la minorité, les restaurants du Cœur qui refusent les boites de pâté parce qu’ils pourraient contenir du porc et une interdiction évidente à n’importe quel citoyen d’ouvrir un restaurant « Croisé » où l’on mangerait comme au temps des croisades d’énormes cochons rôtis ou braisés car cela pourrait, une fois de plus, choquer la minorité visible et les mahométans.

Ne nous voilons pas la face, la minorité a pris le pouvoir dans notre pays et lorsque nous tentons de réagir, mais elle se drape dans une sorte de pudibonderie et d’innocence. Elle est fort bien épaulée en cela par une myriade d’associations qui lutte POUR les immigrés, leur culte et leur culture allant systématiquement CONTRE la majorité Française, Chrétienne et silencieuse, contre ses intérêts, ses coutumes et ses traditions.

Et n’oubliez pas qu’en ne faisant rien, en n’exigeant rien de votre boucher, vous cautionner cette mise à mort des bêtes dans une souffrance inouïe et vous ne luttez pas contre ce genre d’image indigne des hommes après l’an 2000.

PIERRE-LOUIS HIKOUM
avatar
B14

Messages : 1173
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum