Les courants anarchistes et libertaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les courants anarchistes et libertaires

Message par eolh45 le Mar 9 Mar - 12:58

Je classe ce sujet ici, car il ne s'agit pas de discuter d'un courant politique, mais d'extirper des comportements sociaux d'individus se revendiquant de courants divers.

Je vous présente dans ce sujet des personnages qui inspirent les pires* révolutionnaires contemporains qui soient : les anarcho-libertaires.
("*Pires", c'est un jugement personnel, vous verrez plus bas que je ne traite pas ici d'un jugement de valeur sur les libertaires).


Pourquoi ?

Lors que l'on passe en revu la perception de ce qui motivent leur action( nous parlons bien de ça, et ce n'est qu'une étude), je ne peux m'empêcher de voir des similitudes avec ce que les natios, ou les identitaires perçoivent également.
Loin de penser que l'on pourrait rapprocher les gens des deux courants, pour une lutte commune, je pense qu'il est intéressant de développer ici ces sujets.

Tout d'abord, quelques références à prendre en compte :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Andreas_Baader
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fraction_arm%C3%A9e_rouge
http://fr.wikipedia.org/wiki/Libertaire
http://www.voltairenet.org/article159010.html
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/tarnac-les-sept-cles-de-l-enquete_726665.html
http://www.humanite.fr/2009-11-26_Societe_Tarnac-du-scandale-judiciaire-a-l-affaire-d-Etat


Puisque nous avons pris maintenant pris les éléments en compte, peut on prétendre une évolution du communisme des grands papas ( léniniste ou marxiste), vers un "communisme individuel" ( je ne sais plus comment on appelle l'expression de deux mots qui s'opposent, mais que l'on agglomère pour former une autre expression), telque je perçois ce néo communisme, à travers le "libertarianisme". c'est une premiere question que j'aimerais voir débattue.

Si l'on s'extirpe des dogmes idéologiques, pour tendre vers le vécu ( l'expérience concrète d'un libertaire qui vit sa conviction) on tend vers ce que les païens ou les natio-identitaires vivent dans leur application des lois naturelles.
Bizarrerie, n'est ce pas, de voir sur ce même terrain du concret( de la confrontation de l'homme aux lois naturelles qui s'imposent à lui) deux types d'individus. Sauf que le premier à pour origine, une utopie de gauche( l'anarchiste de gauche que l'on croit être unique à la gauche) alors que le second a, il me semble, des relents anarchistes de droite, une autre utopie. Surprise, n'est ce pas, de me voir démontrer, à partir d'un sujet de "l'extrême gauche radical" ( je cesse les pléonasmes ), que l'identitaire revendiquant les lois naturelles transpire d'idéo anarchiste ? C'est donc un second chapitre, que j'aimerais voir débattu.
Et j'espère que ça vous plaira Very Happy

eolh45

Messages : 31
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par Troska le Mar 9 Mar - 19:44

Transpirer l'idéal anarchiste ?
Liberté, Egalité, Fraternité, Paix, Ecologie, Internationalisme, Individualisme, Collectivisme, Gestion des moyens de productions, fin de l'Etat et des institutions diverses et aliénantes .. ( sans compter la fin des nations, des frontières et des idéologies )

Haha, je me permet de me marrer.
Et l'anarchie n'est pas ( plus ) une utopie. Toi qui te prétend Historien, tu me déçois sur ce coup là.

avatar
Troska

Messages : 791
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par eolh45 le Mar 9 Mar - 21:13

je ne me prétend pas, j'en connais plus sur mon histoire que sur l'histoire du communisme, qui n'est pas celui de mon environnement.
Je vais voir pour ce livre...

eolh45

Messages : 31
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par Sylphide le Mar 9 Mar - 22:16

Et l'anarchie n'est pas ( plus ) une utopie.
Bien sur que si, vu que ces "tentatives d'anarchie" ont toutes été repoussés après une très courte période.
Une anarchie limité dans le temps et dans l'espace n'est pas l'anarchie, et c'est même toi qui ne cesse de nous le répéter. Sachant que l'égalité et la stabilité ne sont jamais des choses acquises (On le voit avec la montée des communautarismes, l'égalitarisme à géométrie variable...), il faudra sans cesse introduire du politique, s'y intéresser, s'y engager.
L'autogestion ne saurait qu'être une harmonie passagère entre des acteurs, comme ça a pu être le cas en Espagne (malgré des précédents troubles, et un tableau un peu plus sombre que ce que les optimistes veulent bien nous dévoiler)
Je dirai également que l'anarchie est de moins en moins envisageable lorsque la population est élevée, et lorsque la mécanisation est importante. Les régimes "assez proches" de l'anarchie (et durable!) ont pu être l'Islande avant la conquête norvégienne, ainsi que les communes Russes, dans la paysannerie locale.
avatar
Sylphide

Messages : 174
Date d'inscription : 25/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par eolh45 le Mar 9 Mar - 23:34

J'ai lancé deux idées, et aucun de vous ne les analysent. répondez y, ou créez votre sujet.

Mais je vais répondre ( je suis poli).
L'anarchisme n'est pas une utopie, puisqu'elle anime des êtres, dans leur mode de vie. peu importe comment elle est appliquée, elle existe dans ces fondements individuels.

Ce que tu opposes sylphide n'est pas un comportement individuel, mais une attente individuelle d'une systématisation de la politique, mot emprunt "d'Aristotisme". La nation, l'état, la hiérarchie ne sont pas des comportements individuelles se confrontant aux lois de la nature, mais la résultante d' attentes de sauvegardes de la part d'un système. Tu es donc hors sujet.

Si l'anarchisme ne trouve pas de durée dans le temps, car maitrisé par des systèmes étatiques, gouvernementaux, dictatoriaux, il n'y a rien à en dire la gloire. les êtres ont droit de disposer de leur corps. une femme doit être sensible à cette idée. pour autant, le fait d'avoir un système politique qui te donne un droit, n'implique pas que tu seras dans l'obligation de l'utiliser. hors, l'anarchisme impose de se confronter à la réalité du terrain, de confronter le vent de la vie, car il n'y a pas de sauvegarde, et l'anarchisme qui vit cela, n'a pas à en attendre autre chose.

Troska, tu vas aimer :

Il ne faut pas se dire libertaire quand on appelle à la délation et à la censure sous prétexte d' "incitation à la haine", de crimes de la pensée, ou de propos politiquement incorrects...

. Il ne faut pas se dire anarchiste lorsqu'on tire à boulets rouges sur une seule des grandes religions institutionnelles, mais qu'on s'interdit de s'en prendre aux autres sous prétexte de ne pas "stigmatiser" certaines communautés...

. Il ne faut pas se dire anarchiste en prétendant combattre l'autorité sous toutes ses formes, alors que dans le même temps on s'accommode fort bien du principe hiérarchique dans certains cas, et que l'on défend la "démocratie républicaine" voire "l'Etat de Droit"...

. Il ne faut pas se croire rebelle lorsqu'on ne tient que des propos qui non seulement ne tombent jamais sous le coup de la Loi, mais sont de surcroit relayés avec complaisance dans tous les médias du Système...

. Il ne faut pas se croire révolutionnaire lorsqu'on ne s'abreuve que de livres disponibles dans les Fnac, de soirées thématiques d'Arte, et de journaux hautement subversifs vendus en kiosques...

eolh45

Messages : 31
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par Sylphide le Mar 9 Mar - 23:53

L'anarchisme n'est pas une utopie, puisqu'elle anime des êtres, dans leur mode de vie. peu importe comment elle est appliquée, elle existe dans ces fondements individuels.
Je parlais d'anarchisme comme modèle de société absolu, à savoir comme seule base pour supporter la destinée d'un peuple dans son ensemble.

La nation, l'état, la hiérarchie ne sont pas des comportements individuelles se confrontant aux lois de la nature, mais la résultante d' attentes de sauvegardes de la part d'un système. Tu es donc hors sujet.
Au contraire, vu que je répondais à Troska sur le point précis que je te décris en haut. Il ne saurait être question d'une bribe d'anarchie, d'anarchie intérieure, ou autre. Ta question était intéressante, mais je souhaitais regarder les liens avant, ce que je n'ai pour l'instant pas encore eu le temps de faire.

Le néo-paganisme instituant nécessairement un retour à la nature, aux sources (comme dans les religions asiatiques), le retour de phénomènes inexpliqués, irrationnels, il va de soi que l'autonomie et l'entraide prennent bien plus d'importance que dans une société du désir, ultra matérialiste, et centré sur l'homme uniquement. Le mode de société celte, avec ses diverses tribus sur un même sol, s'oriente bien plus sur le modèle que tu décris. Il va également de soi que la loi naturelle s'oppose à l'égalitarisme, et implique d'accepter un certain nombre de déterminismes, ce que beaucoup des "anarchistes new ages" rechignent à admettre. La question véritable serait de savoir, comment, et avec quels armes, nous pourrions développer de manière efficace notre propre souveraineté (ici souveraineté dite individuelle). En premier lieu, il faut limiter au maximum les dépendances liées à la modernité (souvent c'est le shéma). Apprendre à tester quelles sont nos limites, et ce que nous pourrions faire, par nous même, ou par association, pour pallier à nos manques effectifs. Mais tant que cette démarche reste individuelle, ou le fait d'individu en marge, autant appeler ça autonomie. Comme nous devrons bientôt relocaliser l'activité, développer par nous même et pour nous même contre le mondialisme, le sujet est intéressant et mérite d'être développé.
avatar
Sylphide

Messages : 174
Date d'inscription : 25/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par Troska le Mer 10 Mar - 0:50

Sauf que l'anarchie n'est pas un modèle de société absolu . . .

Sylphide a écrit:Une anarchie limité dans le temps et dans l'espace n'est pas l'anarchie, et c'est même toi qui ne cesse de nous le répéter.
Pas forcément.
Je considère qu'une communauté autogéré est Anarchiste et/ou Libertaire. L'Anarchie n'est pas limité dans le temps, le tout est dans la mesure de ce qu'on l'on dit :
1/ L'Anarchie est un reve, une utopie
2/ L'Anarchisme c'est la vie, c'est la lutte ..

L'autogestion ne saurait qu'être une harmonie passagère entre des acteurs
Tu iras dire ça aux ouvriers Argentins, qui depuis presque 10 ans, pratique l'autogestion d'entreprise.
" Non mais les gars, allez faut arreter de rever, vous faites fausses routes, vous avez seulement sauvegardé 13 000 emplois ! Hop hop hop circulez y a rien à voir "

Je dirai également que l'anarchie est de moins en moins envisageable lorsque la population est élevée
C'est que tu n'as pas compris la relation entre anarchisme et démocratie directe.
Un peu de bonne volonté, de lecture et d'information et tu le comprendras par toi meme.

Les régimes "assez proches" de l'anarchie (et durable!) ont pu être l'Islande avant la conquête norvégienne, ainsi que les communes Russes, dans la paysannerie locale.
L'Islande est reprise par les anarcap, je les emmerde ces gars.
Quand aux Mir, c'était un modèle mis en avant par Bakounine et les nihiliste, qui pensaient pouvoir passer du tsarisme au socialisme sans passer par la case " capitalisme "
mais tu met de coté :
- L'Espagne Libertaire
- L'Ukraine de Makhno
- La Commune de Paris
- Les communautés Libres d'Espagne, de Libye ou ailleurs dans le monde ..
Tellement plus simple de critiquer les autres pour " déviation de l'histoire " alors qu'on met de coté la moitié du mouvement Libertaire de coté.

eolh45 a écrit:La nation, l'état, la hiérarchie ne sont pas des comportements individuelles
Si, à la base.
La majorité est à la base un agrégat d'interets individuels, donc d'un comportement individuel qui se répercute sur d'autres individus et ainsi d'suite quoi.

l'anarchisme impose de se confronter à la réalité du terrain, de confronter le vent de la vie, car il n'y a pas de sauvegarde, et l'anarchisme qui vit cela, n'a pas à en attendre autre chose.
A mon sens, l'anarchisme est avant tout une philosophie du désir, et par conséquent de la puissance. Quand on lit les bouquins des philosophes anarchistes, ils parlent plus volontiers de la liberté en rapport à la puissance et non pas de la liberté en rapport au droit. Je rejoins Onfray lorsqu'il affirme que l'anarchisme est la modalité politique de l'hédonisme. Je rejoins aussi Deleuze lorsqu'il dit que c'est au droit de s'adapter aux situations et non pas le contraire.
L'anarchisme ne refuse pas le pouvoir, il se fonde justement sur cette infinie puissance qui est en nous. Et cela, les anarchistes "de gauche" l'ont toujours su, à commencer par Archinov qui l'évoque dans cet appel célèbre : "Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres profondeurs, cherchez-y la vérité et créez-là : vous ne la trouverez nulle autre part."

Certains disent n'importe que sur " l'anomie sociale " qui serait ce qui pendrais au nez de tout (anti)-système stirnérien. La puissance dont nous parle Stirner et les anarchistes individualistes qui ont repris ses thèses - distillées par Nietzsche entre autre - nous isole, dans le monde stirnérien l'autre est un obstacle à ma puissance, c'est un scandale.
Au contraire, Bakounine disait clairement dans cette autre phrase célèbre : "La liberté d'autrui est d'être la mienne à l'infini." Il y a chez les collectivistes ce désir presque irrationnel de fraternité, qui est un tropisme primordial chez eux.

De plus je suis personnellement ouvert à toute initiative d'anarchie positive. J'ai tendance à ne pas être de ceux qui conçoivent les systèmes à l'avance, dans l'absolu, en évacuant radicalement toutes les aspérités du réel, du contexte, des évènements. Ces systèmes sont intéressants dans les grandes lignes mais sonnent assez creux en général.
Je vous conseille un excellent bouquin de sci-fi libertaire (si si ça existe !) écrit par Alain Damazio : La zone du dehors. On y voit comment des marginaux, dans un contexte de société dictatoriale "soft" et panoptique, fondent des communes au dehors de cette société en fonction de leurs désirs et de leurs affinités propres. Ce bouquin est sympa, il montre la diversité que pourrait présenter une société anarchiste qui démarre bien ( pour un fois dans l'histoire ).

Il ne faut pas se dire libertaire quand on appelle à la délation et à la censure sous prétexte d' "incitation à la haine", de crimes de la pensée, ou de propos politiquement incorrects...
Tu me diras où j'ai déjà eu ce comportement tiens, histoire que je me marre.
Je n'appelle pas à la censure, je suis pour le débat d'idée. Je suis Libertaire, j'accepte toutes les idées et les critiques, tant qu'elles mènent à quelque chose de positif dans le fond.

mais qu'on s'interdit de s'en prendre aux autres sous prétexte de ne pas "stigmatiser" certaines communautés...
Et tu te trompes encore une fois.
J'emmerde profondément toutes les religions, et je pisse volontiers sur une Eglise comme sur une mosquée ( Oui, je l'ai déjà fait tiens, c'était marrant )
L'intégrisme est l'ennemi du peuple. Point final.

alors que dans le même temps on s'accommode fort bien du principe hiérarchique dans certains cas, et que l'on défend la "démocratie républicaine" voire "l'Etat de Droit"...
Hop ! C'est marrant, encore une fois, tu noteras où est ce que je défend la démocrassie et l'Etat tiens. Vraiment, j'ai encore plus envie de me marrer.
Je rejette toute autorité non voulu, que je ne reconnait pas. C'est si grave de refuser que tu veuilles m'imposer tes idées ? Ou c'est parce que tu te sens si " supérieur " que t'es obligé de jouer au neuneu de service ? Hum ? What a Face

Il ne faut pas se croire rebelle lorsqu'on ne tient que des propos qui non seulement ne tombent jamais sous le coup de la Loi
Tu m'excuseras, mais c'est que depuis 1994 que les lois scélérates ne sont plus appliqués en France et que le milieu Libertaire peu de nouveau faire de l'info et de la presse. Puis, tu me diras où les médias écoutent les anarchistes, en manif, ils m'évitent tous .. Laughing

Il ne faut pas se croire révolutionnaire lorsqu'on ne s'abreuve que de livres disponibles dans les Fnac, de soirées thématiques d'Arte, et de journaux hautement subversifs vendus en kiosques...
Oui, preuve la dedans ?
Encore une fois, on sent bien le frustré qui n'a plus d'argument, mais qui s'attaque à la vie privée des gens. Allez camarade, tu vaux mieux que ce tas de merde que tu viens de pondre, je le sait =)
avatar
Troska

Messages : 791
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par eolh45 le Mer 10 Mar - 18:08

[quote="Sylphide"]
L'anarchisme n'est pas une utopie, puisqu'elle anime des êtres, dans leur mode de vie. peu importe comment elle est appliquée, elle existe dans ces fondements individuels.
Je parlais d'anarchisme comme modèle de société absolu, à savoir comme seule base pour supporter la destinée d'un peuple dans son ensemble.

Mais là encore tu raisonnes en terme globalement "systémique". les individus ne sont pas au service d'un état, d'une nation, d'un système. Ils n'ont pas a attendre d'un système ou d'un état les choses, elles ne viennent que par l'intervention des hommes. ILS SONT LE SYSTÈME. Si des hommes n'agissent, pas, le système ne fonctionne pas.

c'est là une perception purement nationaliste. Ne confondons pas, le rôle qu'attendent les individus confrontées aux difficultés qu'ils perçoivent de la part de l'état, (c'est une organisation anonyme d'homme) avec une mentalité personnelle qui guide les individus dans leur vie privée, et qui souhaitent ne rien attendre des autres, et d'accepter les risques que cela engendre.
Maintenant, je suis d'accord sur un point : l'anarchisme est un retour en arrière par rapport à l'organisation historique des hommes, qui isolés dans les cavernes en petits clans familiaux, vont s'organiser en groupes plus complexe, pour construire des cités d'hommes ( et de femmes, ho tout de suite ! ) capables de rivaliser entre elles. ( lutter , c'est la raison d'être des hommes).
Maintenant, le fait libertaire peut etre isolé, au sein même d'une société, qui n'interviendrait qu'en cas de suppléance. Le cas des nomades est semblables. Bon, c'est sur que c'est dans ce cas là, comme dans le cas de l'anarchisme, la société construite et active qui supporte alors l'intervention suppléante !
Tant que c'est minime, c'est possible, et pour l'individu nanars, c'est tout à fait enrichissant ( d'un point de vue humain, naturellement).
En même temps, un nanars qui se chauffe au gaz... pas si anti system que ça !

eolh45

Messages : 31
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par eolh45 le Mer 10 Mar - 19:16

Merci Troska pour tes remarques.
Les points que j'ai énuméré après " Troska, tu vas aimer : "
Sont des points soulevés par un anarchiste sur FB.

Il se trouve qu'il est contre les religions, y compris l'islam, et l'islamisation de l'europe. j'ai trouvé intéressant, à parti de ça, de te soumettre ces quelques points. je vois que tu en partages certains. j'en conclu qu'il y a divers sensibilités au travers de l'anarchisme, ai je raison de faire cette constatation?

Par rapport à l'organisation d'entreprise auto gérée, je ne peux m'empecher de renvoyé cette idée à la révolution bolchevick.
Une fois des chefs de l'armée impériale exécutés, (histoire relatée par dominique venner dans les blancs et les rouges), trotsky perd une à une les batailles contre les "anti révolutionnaire". ( voir le coup d'état de 1907). Il impose donc un point de vue pour le moins surprenant : reprendre dans la hiérarchie de l'armée rouge, les généraux de l'armée impériale : il leur pardonne !
On voit alors une similitude dans le fait anarchique que tu contes, des individus libre, dénonçant le système qui les a fait naitre dans les maternités, chaufffés au gaz russe, éclairés à l'uranium congolais etc... mais soudainement désireux de recréer une société ( autogérée ), avec ce revirement bolchevick. en fait de révolution, on reconstruit ce que les hommes de cavernes ont fait, en passant du foyer familiale au foyer de la cité romaine. L'éternel recommencement ?

Si ça vous dis de reprendre le sujet, je suis pour...

eolh45

Messages : 31
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par Troska le Mer 10 Mar - 21:16

Je suis contre toutes les religions, croyances et dogmatismes.
Je combat les catho-ninja comme l'islamisation, pour moi c'est la meme merde.
/!\ Ce qui ne veux pas dire que je sois contre l'immigration, l'Internationalisme ou encore le respect de mes camarades étrangers.

Et on peux reprendre le sujet, bien sur =)
avatar
Troska

Messages : 791
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par jipicard le Mer 10 Mar - 22:39

sans compter la fin des nations, des frontières et des idéologies
mais l'anarchisme n'est-il pas une idéologie?
avatar
jipicard

Messages : 594
Date d'inscription : 03/03/2010
Age : 28
Localisation : 80

Voir le profil de l'utilisateur http://reveil-picard.over-blog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par Troska le Mer 10 Mar - 23:41

En elle meme ? L'Anarchisme est une idéologie, oui.
Mais le fait de vivre l'anarchie, ce n'est plus de l'idéologie, c'est un style de vie.
avatar
Troska

Messages : 791
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par jipicard le Mer 10 Mar - 23:58

bah c'est comme les zids en fait Very Happy (d'ailleurs on a pas mal "d'anarchiste de droite" dans nos rangs)
avatar
jipicard

Messages : 594
Date d'inscription : 03/03/2010
Age : 28
Localisation : 80

Voir le profil de l'utilisateur http://reveil-picard.over-blog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par B14 le Jeu 11 Mar - 3:44

Sylphide a écrit:
Le néo-paganisme
pourquoi "neo" ? C'est la mode de l'accoler devant un -isme ?
instituant nécessairement un retour à la nature, aux sources (comme dans les religions asiatiques), le retour de phénomènes inexpliqués, irrationnels, il va de soi que l'autonomie et l'entraide prennent bien plus d'importance que dans une société du désir, ultra matérialiste, et centré sur l'homme uniquement.
Le mode de société celte,
pas que celtes, pourquoi tout ramener aux celtes, de plus ceux qui font celà ne le sont generalement pas hereditairement (au sens de descendants des bretons), contrairement a ceux qui les rectifient, ce qui prouve qu'il s'agit de la conception "romantique" du celtisme, a savoir en realité l'europaganisme au sens large pre-antique et antique.
En premier lieu, il faut limiter au maximum les dépendances liées à la modernité (souvent c'est le shéma). Apprendre à tester quelles sont nos limites, et ce que nous pourrions faire, par nous même, ou par association, pour pallier à nos manques effectifs. Mais tant que cette démarche reste individuelle, ou le fait d'individu en marge, autant appeler ça autonomie. Comme nous devrons bientôt relocaliser l'activité, développer par nous même et pour nous même contre le mondialisme, le sujet est intéressant et mérite d'être développé.
Personnelement je monte des projets de survivalimsme et m'y adonne regulièrement, reflechir oui, mais agir surtout.
avatar
B14

Messages : 1173
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par eolh45 le Ven 12 Mar - 13:09

STOP.

Je classe ce sujet ici, car il ne s'agit pas de discuter d'un courant politique, mais d'extirper des comportements sociaux d'individus se revendiquant de courants divers.

Je vous présente dans ce sujet des personnages qui inspirent les pires* révolutionnaires contemporains qui soient : les anarcho-libertaires.
("*Pires", c'est un jugement personnel, vous verrez plus bas que je ne traite pas ici d'un jugement de valeur sur les libertaires).



Pourquoi ?

Lors que l'on passe en revu la perception de ce qui motivent leur action( nous parlons bien de ça, et ce n'est qu'une étude), je ne peux m'empêcher de voir des similitudes avec ce que les natios, ou les identitaires perçoivent également.
Loin de penser que l'on pourrait rapprocher les gens des deux courants, pour une lutte commune, je pense qu'il est intéressant de développer ici ces sujets.

Tout d'abord, quelques références à prendre en compte :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Andreas_Baader
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fraction_arm%C3%A9e_rouge
http://fr.wikipedia.org/wiki/Libertaire
http://www.voltairenet.org/article159010.html
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/tarnac-les-sept-cles-de-l-enquete_726665.html
http://www.humanite.fr/2009-11-26_Societe_Tarnac-du-scandale-judiciaire-a-l-affaire-d-Etat



Puisque nous avons pris maintenant pris les éléments en compte, peut on prétendre une évolution du communisme des grands papas ( léniniste ou marxiste), vers un "communisme individuel" ( je ne sais plus comment on appelle l'expression de deux mots qui s'opposent, mais que l'on agglomère pour former une autre expression), telque je perçois ce néo communisme, à travers le "libertarianisme". c'est une premiere question que j'aimerais voir débattue.

Si l'on s'extirpe des dogmes idéologiques, pour tendre vers le vécu ( l'expérience concrète d'un libertaire qui vit sa conviction) on tend vers ce que les païens ou les natio-identitaires vivent dans leur application des lois naturelles.
Bizarrerie, n'est ce pas, de voir sur ce même terrain du concret( de la confrontation de l'homme aux lois naturelles qui s'imposent à lui) deux types d'individus. Sauf que le premier à pour origine, une utopie de gauche( l'anarchiste de gauche que l'on croit être unique à la gauche) alors que le second a, il me semble, des relents anarchistes de droite, une autre utopie. Surprise, n'est ce pas, de me voir démontrer, à partir d'un sujet de "l'extrême gauche radical" ( je cesse les pléonasmes ), que l'identitaire revendiquant les lois naturelles transpire d'idéo anarchiste ? C'est donc un second chapitre, que j'aimerais voir débattu.
Et j'espère que ça vous plaira ...



Alors reprenons !

eolh45

Messages : 31
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par Sylphide le Ven 12 Mar - 19:31

Tu iras dire ça aux ouvriers Argentins, qui depuis presque 10 ans, pratique l'autogestion d'entreprise.
" Non mais les gars, allez faut arreter de rever, vous faites fausses routes, vous avez seulement sauvegardé 13 000 emplois ! Hop hop hop circulez y a rien à voir "
C'est justement par ce que, à la base, il y a eu une situation de départ, et un cadre qui permettait ce rassemblement. Ça recoupe donc totalement avec mon propos, la situation était un marasme engendré par le capitalisme, et le cadre la production industrielle.

mais tu met de coté :
- L'Espagne Libertaire
- L'Ukraine de Makhno
- La Commune de Paris
- Les communautés Libres d'Espagne, de Libye ou ailleurs dans le monde ..
Non, c'est par ce que je parlais pour ma part d'un cadre structurel durable, et non d'une expérience qui a pris source dans une conjoncture conjoncture particulière (souvent des crises majeures), pour ensuite péricliter.
L'Espagne libertaire n'a duré que quelques années, pareil pour l'Ukraine, et encore moins pour la Commune de Paris (sans compter son isolationnisme). J'ai donc exclu toutes les expériences qui n'ont pas pu se transmettre de père en fils, qui ne se sont pas enracinés durablement dans la société. Leur modèle n'est pas inintéressant, loin de la, mais force est de constater que leurs expériences ne suffisent pas à dire bénoîtement "ça marche, et ça aurait marché 200 ans". Je connaissais ces exemples, mais je les trouve marginaux car ils n'ont pas trouvé de moyens patents pour survivre à leur environnement, aussi hostile soit il.

---------------------------------------------------------------------------------------------
Ils n'ont pas a attendre d'un système ou d'un état les choses, elles ne viennent que par l'intervention des hommes. ILS SONT LE SYSTÈME. Si des hommes n'agissent, pas, le système ne fonctionne pas.
C'est exact mais je t'invite à lire la suite de mon propos (cf mon commentaire du 9 mars à 21h53). Si la population s'extrait du système dominant, c'est qu'elle trouve un intérêt à le faire. Logique. A partir de la, il faut tabler sur une survie des membres en marge du système, car les individualités n'ont pas non plus intérêt à se laisser crever. L'organisation doit donc être huilée en fonction des nouveaux paramètres, pour permettre aux dissidents de pouvoir insuffler, non seulement l'envie de rejoindre la communauté, mais aussi de travailler pour elle, par elle, par le biais d'actes concrets et utiles. Il va sans dire que les organisations autonomes vont être infiltrées, et que des organismes plus élaborés (comme d'autres états, lobbies ...) tenteront de les foutre à terre, de les diviser, de faire échouer le projet, comme les grandes puissances, en ce moment en ont le secret. La problématique n'est donc pas aussi ingénue que la posait La Boétie (pour être autonome il suffit de ne pas obéir), mais celle de savoir que faire, comment et dans quel but. Comme le dit Insurrection "La liberté a un prix, es tu prêt à le payer ?".
avatar
Sylphide

Messages : 174
Date d'inscription : 25/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par eolh45 le Sam 13 Mar - 0:20

scratch vous le faites exprès ?

eolh45

Messages : 31
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les courants anarchistes et libertaires

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum