"Déclaration du nouveau siècle" : Texte anarchiste Chinois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Déclaration du nouveau siècle" : Texte anarchiste Chinois

Message par Itt le Mar 1 Juin - 23:07

Un texte d'un anarchiste chinois daté du 1er janvier 2010, titré : "Déclaration du nouveau siècle"


Original : http://www.douban.com/note/66917598/

Traduction google vers le français : http://translate.googleusercontent.com/ ... PGKUnZ44oQ


Résumé du texte d'origine (traduit par des humains pas par google Wink )


< Manifeste du nouveau siècle >

Le premier périodique chinois anarchiste, « Nouveau siècle », a vu le jour le 21 juin 1907 à Paris.

Ceux qui vont dans la même direction que moi sont mon auditoire, et les marchands qui courent après l’argent, les profiteurs, les laquais du pouvoir, et les comploteurs qui utilisent la démocratie ou qui flattent les gens pour arriver à leurs fins ne le sont pas.

J’éviterai d’abuser du terme « peuple » car, après avoir été utilisé à l’envi par les empereurs, les dictateurs, les politiciens et les médias, il a perdu tout son sens, et je ne parlerai qu’en mon nom.

Créateur, si tu existes, je suis ton enfant abandonné ou ton petit-fils désobéissant.
Comme cela fait un bon bout de temps que tu n’as rien fait pour ce pays, ne devrais-je pas douter de ton existence ?

Je ne peux m’empêcher de faire le préambule suivant : dans ce pays autoritaire, les fonctionnaires et les policiers sont les seules véritables sages-femmes des révoltés. Plus la répression est forte, plus la grande révolution est proche.

Seule l’anarchie qui défend l’impartialité et refuse la soumission produira des citoyens respectueux des lois et un système juste.

Les cyniques modernes ne croient pas à l’utopie de la révolution sociale, car ils ne souhaitent pas le changement, ils sont les garants du vieux système.

D’après moi, pour un homme, la rébellion et la vie vont de pair.
La rébellion gratuite est la manifestation de la volonté de vivre ; la dignité humaine commence par l’insubordination.
L’idéal de Diogène, c’était : « le monde est une grande famille ». C’est également le mien. Les charlatans de la pensée affirment que ce n’est pas un idéal, mais une illusion.

Les matérialistes purs et durs et les athées refusent « l’idéal », le considérant comme une superstition religieuse, mais ils jouent tout de même le rôle de guerrier protecteur de cet « idéal ».

La liberté ne doit pas être le privilège des puissants sinon c’est la mort qui prend le pas sur la vie comme ça a été le cas dans l’Egypte ancienne. C’est quand quelqu’un se prend pour le Sauveur et commence à exiger le pouvoir laïc et la soumission du peuple, que la tyrannie règne en maître.

Si les libéraux s’appuient sur la croissance économique pour tourner en dérision notre idéal de liberté, alors, sur cette même base, nous les remercions chaleureusement.

La nature humaine n’est sacrée que si elle n’a pas de carcan et qu’elle s’est libérée du désir matériel.

Nous sommes limités par notre propre nature. Si l’on veut franchir cette barrière physique, il faut faire montre d’un esprit de révolte.

Il ne faut pas se laisser contrôler par la foule ou par sa volonté que les « vendeurs de justice » qui s’autoproclament « leaders du peuple » savent très bien manipuler.

En Chine, dans ce pays où règne l’esclavage moderne, le terme « utopie » a été galvaudé, sali, mal interprété, et de plus en plus de gens ont l’habitude de le frapper du sceau de l’extrémisme et se complaisent dans des plaisirs vains. Ces gens ont l’esprit étroit et momifié.

Selon la pseudo volonté divine, la mission de l’homme est de se soumettre sans condition. Pour moi, ce mot signifie « la crainte des dieux » ou « la peur des gouvernants ».

Si un homme sans pouvoir ose se lever pour protester publiquement, on le considère comme fou ou comme traitre.

En tant qu’anarchistes, nous n’avons pas de patrie. Il faut nous souvenir que : « il faut souvent irriguer l’arbre de la liberté avec le sang frais des patriotes et des tyrans ».

La pire des fiertés, c’est celle envers son pays, car cela prouve que l’individu n’a aucune qualité propre dont il se sent fier.

Un pays, ce concept froid et abstrait, ne peut motiver à aimer les gens, et les patriotes qui se sacrifient pour les gouvernants n’aiment que le sentiment d’appartenance à une entité commune imaginaire, source de tous les conflits et discriminations.

Pour moi, notre « bible » nous fournit une autre façon de penser le pouvoir, une philosophie qui dépasse l’élitisme, une force supérieure ayant pour origine la conscience subjective qui peut être utilisée par les dirigés pour renverser les gouvernants, par les esclaves pour s’opposer à leur maitre et mettre en déroute toutes les forces qui préservent la hiérarchie.

A une époque où règnent la hiérarchie et la domination, comme les « sous-hommes » qui vivent au jour le jour et qui acceptent de vivre en esclave ont abandonné de leur plein gré leur dignité, les vrais « hommes » sont diabolisés par des dirigeants mal intentionnés et ridiculisés par une population ignare…

Actuellement, dans ce pays totalitaire qu’est la Chine, les slogans contestataires des mouvements de lutte pour la justice populaire ne sont plus ceux d’antan. Les sans-grades veulent vivre à présent comme des « hommes ».

Je déconseille aux opposants d’utiliser l’idéologie de classes pour appeler à la « révolution », ni de continuer à utiliser la technique du changement autoritaire, comme on a pu le constater en URSS, en Chine, en Corée du nord, à Cuba ou au Cambodge où l’ultra gauchisme a sali la « révolution ».

Lord Acton, dans son livre « Liberté et pouvoir », dit : « Le pouvoir tend à corrompre, le pouvoir absolu corrompt absolument. Les grands hommes sont presque toujours des hommes mauvais. »

Le but de la révolution, c’est d’empêcher qu’une autre révolution ne se produise plus tard. Elle peut offrir une protection sûre contre l’abus de violence. Les gouvernements dictatoriaux ne peuvent servir que de contrepoids à la révolte incessante du peuple. La révolution a appris un principe aux dirigeants : quels que soient ses résultats, un gouvernement risque de se faire renverser à chaque instant. Ce risque est plus important quand il est pourri jusqu’à l’os ou extrêmement cruel.

L’élément principal de la révolution, ce n’est pas l’organisation révolutionnaire, ni ses leaders, mais l’homme lui-même, la masse qui est armée d’une doctrine révolutionnaire claire. Au plus fort des vagues révolutionnaires, le terrorisme personnel n’a jamais eu de point d’appui. Ce dernier n’a jamais pu mettre un terme aux guerres impérialistes. Quand le terrorisme contrôle le processus révolutionnaire, la révolution est proche de l’échec, car le corps principal de la révolution passe par à un seul procédé. Ce genre de terreur part de l’organisation révolutionnaire pour se répandre avec succès dans la société. C’est pourquoi les révolutions violentes connaissent toujours une fin tragique.

Au sens premier du terme, l’anarchie lutte contre le gouvernement et l’état et son but est d’abolir l’autoritarisme et la hiérarchie, illégaux, pour bâtir une société non-autoritaire, vraiment libre et égalitaire. Le gouvernement et l’état constituent le « péché originel ».

Si la propriété privée est le « péché originel » selon le marxisme dogmatique, « la croissance ou la mort » est la nature même du capitalisme. Le vocabulaire utilisé pas les radicaux traditionnalistes, en particulier les marxistes, est : système de classes, analyse de classe et conscience de classe. Pour eux, le concept d’ « oppression » s’applique uniquement dans le domaine du travail et celui des biens matériels.

Même dans une société « sans classes », « sans nation » ou « libérale », le système hiérarchique et la domination peuvent continuer à exister pleinement. Ce que j’appelle domination, c’est celle des vieux sur les jeunes, des hommes sur les femmes, d’une ethnie sur une autre, etc. Dans une société sans classes mais où subsiste la hiérarchie, l’homme ne peut jouir de la liberté et ni ne peut avoir de prise sur sa propre existence.

De nos jours, les gens ont du mal à donner une définition juste de la hiérarchie de classes (système hiérarchique). Pour les anarchistes, c’est un système basé sur l’ordre et la soumission où l’élite contrôle les soumis. Ces élites utilisent toutes sortes de procédés pour les contrôler et n’ont guère besoin d’exploiter les masses.

L’anarchiste écologiste combat les comportements égocentriques et ceux qui détruisent la nature sous prétexte que l’homme est un animal supérieur. L’homme s’est détaché de la nature pour prouver qu’il est une espèce particulière.

Pierre Kropotkine critique le productivisme car la production et la consommation dépassent de loin les besoins réels. Tous les économistes, d’Adam Smith à Karl Marx, se sont trop souvent concentrés sur la production et non sur les besoins.

Les commerçants et les publicitaires usent de mensonges pour nous faire acheter tout ce dont nous n’avons pas besoin.

Ainsi, les gens confondent le désir et le besoin et se rendent esclaves du matérialisme et finissent par devenir cupides et ne peuvent se libérer leur propre nature.

Si le but du socialisme ou du capitalisme, c’est d’augmenter la demande, celui de l’anarchisme, c’est d’augmenter les choix.

L’homme est coupable et victime de cet égocentrisme.

Le contrôle de la nature par l’homme à pour origine le contrôle de l’homme par l’homme. Le développement durable est considéré par beaucoup de pays comme un obstacle à la croissance économique nationale, et non pas comme une préoccupation concernant le futur de la planète.

Ici et maintenant, je vous demande, vous qui avez les mêmes aspirations que moi, de mener immédiatement des actions directs afin de faire savoir publiquement votre insoumission, votre indépendance de pensée, votre opposition, votre humanisme et votre esprit de rébellion.

Nous devons faire savoir à la police secrète et à ceux qui créent le terrorisme d’état : nous sommes là pour vous envoyer au tapis ! Nous renverserons votre système !

OURF !


Source: http://forum.anarchiste.free.fr/viewtopic.php?f=29&t=4270
avatar
Itt

Messages : 677
Date d'inscription : 12/03/2010
Localisation : Mur des lamentations

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Déclaration du nouveau siècle" : Texte anarchiste Chinois

Message par Troska le Mer 2 Juin - 0:02

Putain !
Vive l'Anarchie !
avatar
Troska

Messages : 791
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 26
Localisation : Alsace

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum