Srebrenica, un cas d'école de la guerre de l'information

Aller en bas

Srebrenica, un cas d'école de la guerre de l'information

Message par Sylphide le Dim 4 Avr - 20:20

Le parlement de Belgrade vient de prendre une résolution condamnant le massacre de Srebrenica et présentant ses excuses pour la responsabilité de la Serbie dans ce que certains qualifient de génocide.

15 ans après, quelles sont les questions encore ouvertes? quel bilan en tirer? que penser de cette résolution - qui est critiquée à la fois par beaucoup de Serbes qui la jugent excessive, et beaucoup d'Occidentaux qui l'estiment insuffisante? qui a raison?

Pendant l'été 1995, la zone "démilitarisée" de Srebrenica connaissait une intense activité militaire, les musulmans de la ville bombardant et faisant quelques excursions dans les villages serbes voisins, tuant la population, le tout sous le regard attentif mais immobile des soldats néerlandais de l'ONU.

Les exactions prenant de l'ampleur, le général Mladic, commandant militaire des Serbes de Bosnie, décide de passer à l'action: la ville est encerclée, et après de courts combats, prise d'assaut. Les militaires des forces bosniaques essaient de prendre la fuite par les forêts pour échapper à la vengeance. Certains seront rattrapés et sommairement exécutés.

Le monde occidental a décidé de retenir Srebrenica comme un exemple dans la guerre de Bosnie démontrant qui est le "bon", et le "méchant". Les PSYOPS, opérations psychologiques qui travaillent sur la perception des conflits, et visent à gagner les coeurs et les esprits, ont présenté Srebrenica aux populations occidentales pour obtenir leur adhésion dans le soutien militaire qui allait suivre, en faveur des musulmans de Bosnie.

Les crimes de ces mêmes musulmans sont passés sous silence. En ce moment même, au procès de Radovan Karadzic à La Haye, ses conseillers juridiques essaient d'obtenir le témoignage de hauts gradés de l'ONU afin de montrer que les musulmans de Bosnie ont massacré eux-même leur population pour obtenir la sympathie de l'Occident, par exemple lors de l'explosion sur le marché de Markalé à Sarajevo.

(A lire, pour les intéréssés, un témoignage de Daniel Salvatore Schiffer, paru sur Balkans Infos, à propos d'un camp de prisonniers musulmans et Croates, que les Serbes ont libéré:

"Je me souviens, à ce sujet, des propos que m’avaient alors tenus un des ministres (dont je préfère taire le nom par charité) du premier gouvernement de Bosnie-Herzégovine : ces 3.000 hommes, me déclara-t-il alors, devaient mourir en martyrs pour le bien de la cause bosniaque, et il ne fallait surtout pas, insista-t-il, que les Serbes passent pour de bonnes âmes, face aux médias, en fermant ce camp ! Est-ce donc là, cher Monsieur, plus encore que votre conception de la démocratie, votre sens de l’humanité ?")

Ce qui a précédé l'épisode tragique de Srebrenica est passé sous silence, ce qui a eu lieu pendant est encore à établir - le nombre de morts fait débat, 10 000 pour certains, 8 000 pour d'autres, mais certains estimations font état de morts au combat, ce qui laisse le nombre d'exécutions sommaires à 2 000. Cela ne les excuse en rien, c'est évident. Mais il est essentiel de mettre des mots justes sur des choses. Il serait terrible de retenir le terme "génocide" pour l'Histoire, employé à tout bout de champ à ce sujet, si génocide il n'y a pas eu.

Quelle est la responsabilité des Serbes de Bosnie au sujet de Srebrenica? En soutenant la création de la République Srpska, peut-on en déduire qu'ils ont cautionné ces exécutions sommaires? Que tout un peuple est responsable? Et qu'ils faut donc s'en excuser?

Si oui, alors les Français se sont-ils excusés, comme peuple, pour l'Algérie? Y-a-t-il eu des Américains jugés pour le Vietnam? Comment établir une responsabilité collective, alors que des individus qui ne sont ni élus, ni connus, se comportent en criminels de guerre? Sans qu'on ait le pouvoir de les en empêcher, dans le chaos quotidien d'une guerre civile?

Le drame de Srebrenica est un drame pour les Serbes. Il est important de montrer à quel point ce symbole sert la cause des musulmans en Bosnie. A quel point il remet en cause la légitimité de la République Srpska, qui serait une "création génocidaire". C'est bien ce que certains essaient de faire croire, avec le tapage médiatique fait chaque année.

Se servir de Srebrenica aide-t-il à la réconciliation des peuples sur place? non. A comprendre la guerre? non. Alors pourquoi insister sur le sujet chaque année? Pourquoi personne ne prend la peine de voir que des Serbes ont été eux aussi victimes d'exactions de la part des musulmans et Croates de Bosnie? On ne veut pas mélanger les "bons" et les "méchants"? pour éviter la confusion dans les esprits de ceux qui consomment le produit des médias? pour ne pas brouiller le message?

La guerre médiatique contre les populations serbes, la diabolisation dont ils font l'objet depuis presque 20 ans maintenant, sont des armes bien plus terrifiantes que toutes les bombes que l'OTAN a pu utiliser pour les bombarder en Croatie, Bosnie et Yougoslavie. Saper la légitimité de l'adversaire, semer le doute sur le bien fondé de son combat, démoraliser les troupes, va de pair avec l'objectif purement militaire.

Plusieurs centaines de militaires de l'OTAN ont travaillé nuit et jour à cela en Bosnie. Quels messages ont-ils fait passés? Sur quels événements ont-ils travaillé?

Cela participe à l'écriture de l'histoire. Tant pis si le message de l'historien est complexe, ambigüe, brouillé. Comme il peut l'être dans une guerre civile. Au contraire, le message sur Srebrenica est limpide, il ne laisse pas de doutes à l'esprit. Il est intense (car on parle de génocide, de massacres, de civiles. Le terme génocide correspond à ce qu'ont fait les nazis pendant la 2nde Guerre Mondiale. Ce qui s'est passé à Srebrenica en est très loin). Il est répétitif, car les médias marquent chaque année l'anniversaire de Srebrenica. C'est comme une piqûre de rappel pour servir l'écriture de l'histoire de la région.

Cela sape le moral des populations, pour donner une victoire totale à la partie adverse. Cela se passe dans les Balkans depuis plus de 15 ans.

http://serbianwatch.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/04/04/srebrenica-un-cas-d-ecole-de-la-guerre-de-l-information.html#more
avatar
Sylphide

Messages : 174
Date d'inscription : 25/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Srebrenica, un cas d'école de la guerre de l'information

Message par B14 le Mar 6 Avr - 16:16

Ce qu'il y a à retenir, c'est qu'il est inutile de faie dans la demi mesure, on est diabolisé de même.
avatar
B14

Messages : 1173
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Srebrenica, un cas d'école de la guerre de l'information

Message par Sylphide le Mar 6 Avr - 17:43

B14 a écrit:Ce qu'il y a à retenir, c'est qu'il est inutile de faie dans la demi mesure, on est diabolisé de même.
C'est surtout le rôle néfaste du droit d'ingérence et de l'instrumentalisation des drames humains par le politique, et à plus forte raison par les occidentaux.
avatar
Sylphide

Messages : 174
Date d'inscription : 25/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Srebrenica, un cas d'école de la guerre de l'information

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum